Marrakech: pour contrer les dérapages des gardiens, la mairie fixe le prix des parkings | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
 gardiens de voitures
© Copyright : DR

Marrakech: pour contrer les dérapages des gardiens, la mairie fixe le prix des parkings

Par Mohamed Deychillaoui le 17/11/2020 à 23h09

Kiosque360. A Marrakech, les gardiens de parkings rendent la vie difficile aux automobilistes et aux motards, obligés de payer des prix exorbitants pour stationner. La mairie vient de mettre un holà à cette situation en instaurant et affichant une grille des prix.

aA

Ces derniers temps, la mairie de Marrakech a été inondée de plaintes émanant de dizaines d'usagers de la voie publique, particulièrement des automobilistes et motards qui se plaignent de la dictature des gardiens de parkings. Ces derniers font la loi en matière de stationnement dans la ville, rapporte le quotidien Al Massae ce 18 novembre, et font payer aux automobilistes les prix qu’ils veulent. Des prix souvent inabordables pour ceux qui stationnent régulièrement dans certains lieux stratégiques.

 

Le maire de la ville ocre n’a pas tardé à réagir à ce désordre qui frise l’arnaque. D’après Al Massae, les principaux parkings de la ville viennent en effet d’être dotés de panneaux sur lesquels sont affichés les prix que les automobilistes et motards doivent payer, pour contrer ceux fixés par les gardiens de voitures. Quelque 90 panneaux du genre viennent d’être fixés à l’entrée de plusieurs parkings de la ville.

 

Désormais, en fonction des horaires du jour ou de la nuit, le tarif du stationnement varie entre 1 et 3 dirhams. Cette tarification sera généralisée à toute la ville de Marrakech, et a été déjà bien accueillie par les automobilistes qui étaient jusqu’ici obligés de payer, et d’avance s’il vous plaît, jusqu’à 10 dirhams pour moins d'une heure de stationnement dans le centre-ville.

 

Avec la nouvelle tarification imposée par la mairie, d’aucuns s’attendent à ce que le nombre de gardiens de parkings se réduise comme peau de chagrin, car nombre d’entre eux finiront par jeter le tablier et se reconvertir à un métier plus lucratif.