Le360 Actualités Maroc

ع
omar brouksy
© Copyright : DR

Omar Brouksy compose un livre avec des témoins fantômes

Par Ziad Alami le 12/09/2014 à 15h19 (mise à jour le 12/09/2014 à 15h31)

Omar Brouksy vient de publier un livre intitulé "Mohammed VI derrière ses masques". Le360 a pu obtenir une copie de ce livre qui réinvente les lois du genre. Compte rendu.

aA

Le livre promet des révélations explosives. "Mohammed VI derrière ses masques", tel le titre racoleur du livre d’Omar Brouksy, publié aux éditions Nouveau monde. Le préfacier du livre, Gilles Perrault, auteur du brûlot "Notre ami le roi", présente d’emblée Brouksy comme un "guide qualifié pour nous faire visiter le royaume de Mohammed VI". Omar Brouksy est un journaliste qui a travaillé au Journal Hebdomadaire et au bureau de l’AFP à Rabat. Pourtant, Gilles Perrault lui attribue beaucoup de pouvoirs, lui invente des qualités. Il en fait à la fois un expert de tous les domaines au Maroc et un intime de Mohammed VI. Le livre est "nourri par une connaissance intime des arcanes du pouvoir", écrit Perrault qui n’est pas d’ailleurs le seul à promouvoir l’intimité de l’auteur avec le pouvoir. L’auteur lui-même, Omar Brouksy, définit en ces mots le projet de son livre : "ce livre est d’abord un voyage dans l’intimité d’un pouvoir personnel, celui du 22e monarque de la dynastie alaouite". Quiconque connaît le parcours de l’auteur sera très surpris par ce projet ambitieux, annoncé à l’orée du livre. Comment un journaliste qui n’a jamais rencontré le roi peut-il convier le lecteur dans l’intimité de son pouvoir? Pour parer à cet étonnement, on pense que Brouksy a pu recueillir des confidences de personnes qui l’ont introduit dans l’intimité du roi. Et c’est là que l’étonnement se transforme au fil des pages en colère.

Le livre des témoins anonymes

Dès les premières pages du livre, l’auteur se garde d’attribuer les citations et les témoignages à des personnes qu’il nomme. "Dira son entourage", "selon un proche"… sont quelques-uns des leitmotivs de ce livre qui prétend nous dévoiler ce que l’on ne sait pas. C’est tellement pratique de faire dire ce que l’on veut à l’entourage. Mais c’est tellement peu professionnel de faire de ce vague entourage la source des informations collectées et de ne pas se donner la peine, ne serait-ce qu’une seule fois, de nommer un témoin ou une source crédible. On peut ne pas citer toutes les sources dans un livre, mais n’en citer aucune, c’est commettre un livre impubliable par n’importe quelle maison d’édition sérieuse. Ce livre se compose soit de citations déjà connues, extraites de journaux et de livres, soit de citations anonymes.

Illustration du mode opératoire de Brouksy. Il nous apprend que Nabil Benabdellah, alors ministre de la Communication, aurait subi un interrogatoire de la sécurité du palais. "On voyait un ministre traité comme un petit malfrat par un responsable de la sécurité royale. C’était impressionnant, précise ce témoin qui a requis l’anonymat". Ailleurs, l’auteur nous apprend que lors des manifestations du 20 février, "Sarkozy a fait savoir au roi que la stabilité du Maroc est fondamentale et que la France y tient. Pour le président français, la monarchie est un très bon partenaire pour la France qui tient à sa stabilité et à sa continuité. Pour toutes ces raisons, Sarkozy a souhaité que le roi entame des réformes politiques". Qui a bien pu faire cette confidence à l’auteur ? Une note en bas de page nous apprend : "entretien de l’auteur avec un diplomate occidental qui a requis l’anonymat". Ou encore : "Pour lui (le roi) et son entourage, c’était une atteinte à l’hiba du palais, souligne ce diplomate qui a ses entrées au palais".

Plus loin, Omar Brouksy cite un juge et, dans une note en bas de page, il écrit "témoignage accordé par un juge -qui a évidemment requis l’anonymat- à l’auteur". Ce qui est évident pour l’auteur le deviendra nettement moins pour le lecteur qui, au fil des pages, se sent floué, moqué, trompé par un projet annoncé ambitieux, mais qui se révèle une énorme escroquerie. C’est donc cela l’intimité du roi à laquelle nous convie l’auteur ? Une intimité dont les ingrédients sont piochés chez des sources vagues, des diplomates qui ont leur entrée au palais, des témoins anonymes, des proches sans nom. En somme, des fantômes. Comment est-ce qu’une maison d’édition peut accepter de publier un livre, supposé appartenir au genre essai ou investigation journalistique et qui repose sur des témoignages anonymes ? Un mystère que ne peut pas seulement expliquer l’appât de vendre un livre où pas un seul témoin sérieux n’est cité, par une seule source crédible identifiée. Il existe une seule exception à cette manie de laisser les témoignages sans nom : Moulay Hicham. Dans un chapitre intitulé "le cousin d’Amérique", Brouksy cite abondamment le prince en le nommant.

Un ramassis composite

Les témoins anonymes ne sont pas la seule originalité de ce livre. Dans un passage, l’auteur nous apprend que lors des manifestations du 20 février, le roi a réuni sa famille. Il donne des détails sur cette réunion à laquelle, affirme-t-il, étaient présents le prince Moulay Rachid et la princesse Lalla Meryem. Et d’ajouter : "le cas de Fouad Ali El Himma et de Mohammed Mounir Majidi sont évoqués au cours de cette réunion. L’un des membres de la famille royale est favorable à ce que ces deux-là prennent du champ par rapport à la scène médiatico-politique, le temps de voir comment la situation évolue".  D’où l’auteur tient-il ces révélations? Il se garde évidemment de nous le dire. Passe encore la mystification de truffer de témoignages anonymes un livre. Mais qu’un journaliste qui affirme  nous introduire dans l’intimité du roi ne sache même pas que ce même roi ne mêle pas sa famille aux affaires de l’Etat, cela est grave et témoigne d’une ignorance totale du sujet dont il prétend être familier.

Quand le projet annoncé dans un livre se révèle une tromperie, c’est toutes les pages qui s’écroulent. "Mohammed VI derrière ses masques" est un livre décousu, sans fil conducteur. On passe d’un chapitre consacré aux camarades de classe du roi à la crise de l’îlot Leila avant de se retrouver à Marrakech, destination favorite de "l’élite politico-médiatique française". Nous sommes bien loin du programme annoncé à l’orée du livre. On ne voit ni masques, ni ce qu’il y a dessous. L’auteur se contentant d’assembler par-ci, par-là des extraits de journaux, de réchauffer des sujets qui avaient fait l’actualité dans la presse. Un ramassis de faits publics, voilà ce qu’est le livre d’Omar Brouksy. Ce que nous propose l’auteur ? Un voyage dans l’escroquerie.