Opération «Bacchus», les détails du raid de la DGSN contre l’alcool frelaté | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
alcoolFrelaté

Une partie de l'alccol frelaté saisi, lundi 31 août, à l'Hôtel de la Côte à Casablanca.

© Copyright : khalil Essalak

Opération «Bacchus», les détails du raid de la DGSN contre l’alcool frelaté

Par Khalil Ibrahimi le 06/09/2020 à 22h57

Kiosque360. Les hommes de Abdellatif Hammouchi mènent, actuellement, une importante campagne contre l’alcool frelaté.

aA

On ne le sait que trop: l’alcool est un danger. Et, quand il est frelaté, il peut rendre méchant et s’avérer bien plus nocif pour la santé, puisqu’il s’attaque violemment aux intestins. C’est contre cet alcool frelaté que Abdellatif Hammouchi, directeur général du pôle DGSN-DGST, se bat actuellement, rapporte Al Ahdath Al-Maghribia dans sa livraison de lundi 7 septembre 2020.

 

Dernier coup de filet en date, celui orchestré contre «Ould El Khouribgui», l’empereur de l’alcool, coincé dans l’opération «mains propres» lancée par l’exemplaire Hammouchi, dont l’efficacité n’a d’égale que sa grande honnêteté et son extrême simplicité. 

 

Ainsi donc, et sous l’emblème de l’«Opération Bacchus» contre les trafiquants d’alcool frelaté, la DGSN (Direction générale de la sûreté nationale) s’est lancé le défi, il y a de cela 10 jours, de purifier restaurants et bars du pays. Une opération qualitative entamée à Casablanca, symbole de la night-life, mais qui se prolonge dans tout le royaume. 

 

«Cette opération a pour l’heure concerné la ville blanche, mais aussi Had Soualem, Khouribga, Oued Zem et Béni Mellal», indique le quotidien. Et tout mène vers un certain Saïd ould Khourbgui, el guerrab. Al Ahdath le présente comme la courroie de transmission de tout le trafic d’alcool en circulation au Maroc. On parle de 25% de l’alcool frelaté en circulation dans le pays. 

 

Les chiffres sont parlants: 1 million de bouteilles d’alcool frelaté ont été saisies par les services de Hammouchi chez Saïd ould Khourbgui. Ajoutez à cela quelque 200.000 étiquettes d’impôts et taxes et 1 million de dirhams d’argent liquide. 

 

Le tout est de savoir comment ce guerrab a pu agir ainsi en toute impunité, mettant en danger la vie de tant de clients. L’enquête est en cours.