Le360 Actualités Maroc

ع
prison

A l'occasion de l'aïd Al-Fitr 2021, les détenus seront à nouveau autorisés à recevoir des paniers alimentaires de leur famille.

© Copyright : DR

Population carcérale au Maroc: parmi un total de 84.990 détenus, 97% sont des hommes

Par Qods Chabaa le 11/05/2021 à 13h33 (mise à jour le 11/05/2021 à 13h39)

Au 31 décembre 2020, le Maroc comptait 84.990 détenus dans ses prisons, indique un dernier bilan qui vient d'être publié par la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR). Explications.

aA

Il y a 84.990 détenus dans les différentes prisons du Maroc. La majorité, soit 54,30% de l’ensemble de la population carcérale ont fait l’objet d’une condamnation définitive et d’une contrainte par corps, indique le rapport annuel de la Direction générale de l’administration des prisons (DGPAR).

 

Si la majorité sont des hommes et représentent 97% du total, une minorité (3%) est constituée de 943 mineurs et de 2000 femmes.

 

 

 

détenus
© Copyright : DR

 

 

 

Le rapport précise aussi qu’entre 2016 et 2020, il y a eu une augmentation de 7,7% des détenus, mais une chute de nouveaux détenus a été observée entre 2019 et 2020.

 

Cette baisse du nombre de détenus en prison l'année dernière est d’abord due, selon la délégation des prisons, à la grâce royale accordée à un nombre élevé de détenus en 2020, en pleine pandémie du Covid-19.

 

L’autre raison, c’est l’arrêt de travail observé dans les tribunaux durant la période du confinement ainsi que la baisse significative des faits criminels.

Prisons: l'entrée des paniers de repas exceptionnellement autorisée pendant Aïd Al-Fitr

 

Le rapport de la DGPAR fait état d'une autre baisse, celle des inscriptions dans les cycles de formation professionnelle. 8.576 individus étaient inscrits dans ces cycles de formation ou de travail en 2019-2020, soit une baisse de 13% par rapport à l’année précédente.

 

La raison? Le démarrage du programme de formation a été retardé à cause de la situation sanitaire. Une situation qui a quand même permis à plus de 600 détenus de travailler au sein d’unités de fabrication de masques sanitaires.