Le360 Actualités Maroc

ع
Pollution de l'air
© Copyright : DR

Qualité de l’air: la tutelle appelle à mettre fin aux émissions dégagées par la centrale thermique de Kenitra

Par Majda Benthami le 14/01/2022 à 19h45 (mise à jour le 14/01/2022 à 19h52)

Interpellé par la persistance de poussière noire dans l’air, le Laboratoire national des études et de surveillance de la pollution (LNESP) a mesuré la qualité de l’air à Kénitra. Si les résultats sont rassurants, la tutelle appelle néanmoins à mettre fin aux émissions dégagées par la centrale thermique de la ville.

aA

Dans le cadre du suivi de la qualité de l'air dans la ville de Kénitra, et en réponse aux interrogations de la société civile, le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable indique, dans un communiqué, que l'Indice de qualité de l'air (IQA) au cours des 10 premiers mois de cette année est classé dans les catégories «Très bon» et «Bon» selon le classement en vigueur. Cependant, cet indice a été classé, durant les mois de novembre et décembre 2021, dans les catégories «Bon» et «Moyen».

 

«Quelques dépassements des particules en suspension (PM10) et du dioxyde de soufre (SO2) ont été enregistrés, mais sans dépasser le seuil d'information, à savoir le niveau des concentrations qui peut présenter des effets sur la santé humaine», précise le ministère.

Pollution: le spectre du cancer plane sur la ville de Kenitra 

 

Dans ce sens, le ministère de la Transition énergétique a appelé l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin aux émissions dégagées par la centrale thermique de Kénitra dans la perspective de son arrêt total, dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale de la transition énergétique.

 

La centrale thermique en question compte des unités thermiques et à gaz avec une capacité de 600 MW. Sa mise en service est effectuée de manière exceptionnelle et sur une durée limitée, par décision de l'ONEE, dans l'objectif de stabiliser le réseau électrique lors des conjonctures exceptionnelles (maintenance ou arrêts des centrales de base), explique la tutelle.

Vidéo. La pollution de l'air coûte à l'État 10 milliards de dirhams par an 

 

Rassurant, le ministère précise par ailleurs que le combustible utilisé (fuel) au niveau de cette centrale est conforme aux normes nationales et le processus de combustion fait l'objet d'une surveillance en continu, afin de réduire les émissions particulièrement lors des périodes de mise en service.