Rabat: arrestation d'une célèbre blogueuse pour escroquerie | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
menottes femmes
© Copyright : DR

Rabat: arrestation d'une célèbre blogueuse pour escroquerie

Par Maya Zidoune le 22/06/2020 à 22h38 (mise à jour le 23/06/2020 à 20h54)

Kiosque360. Une blogueuse accusée d’escroquerie et abus de confiance, à Rabat, a été récemment arrêtée. Les sommes d’argent réclamées s’élèvent à plus de 3 millions de dirhams.

aA

Une célèbre blogueuse impliquée dans une vaste escroquerie a été récemment arrêtée à Rabat. C’est ce que révèle le quotidien arabophone Al Akhbar qui, dans son édition du 23 juin, s'appuie sur des sources bien informées auprès de la préfecture de Police de la capitale. 

 

Au coeur de cette affaire, une jeune femme, propriétaire de deux entreprises: une première entité spécialisée dans la commercialisation des produits cosmétiques et une agence de location de voiture. L’incident a secoué le microcosme des internautes, notamment la communauté de followers (abonnés) qui gravitent autour de cette influenceuse, détentrice d’un compte Instagram pour le compte d’une enseigne cosmétique reconnue. 

 

La blogueuse a été placée en garde à vue avant de comparaître devant le procureur du Roi, qui a ordonné l’ouverture d’une enquête en vue de confirmer la véracité des chefs d’inculpation retenus contre elle. 

 

Cette Instagrameuse aurait, avec la complicité de son mari et d’un proche, dérobé des sommes colossales à des citoyens. Les sources du journal affirment que l’accusée, détenue à l’établissement pénitentiaire d’El Arjat 1, a fait l’objet de nombreuses plaintes déposées par des victimes auxquelles elle a remis des chèques sans provision.

 

Face au nombre de plaintes, la police judiciaire de Rabat s’est saisie du dossier et a lancé une enquête. Suite à quoi, elle a découvert que la blogueuse avait, en effet, effectué plusieurs opérations commerciales avec des chèques sans provision. Par ailleurs, deux autres plaintes portées à son encontre montrent qu’un même véhicule a été vendu à deux individus.   

 

Citant sa principale source, le journal rapporte également que les sommes d’argent réclamées se monteraient à plus de 3 millions de dirhams. "A l'heure où nous mettons sous presse, l’enquête judiciaire poursuit son cours", précise Al Akhbar. La blogueuse, elle, comparaîtra la semaine prochaine devant le juge d’instruction.