Rabat: un soldat s'en prend violemment à des magistrats du tribunal militaire | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Tribunal dessin
© Copyright : mohamed Elkho-Le360

Rabat: un soldat s'en prend violemment à des magistrats du tribunal militaire

Par Mohamed Chakir Alaoui le 14/09/2016 à 00h46 (mise à jour le 14/09/2016 à 01h20)

Kiosque360. Un soldat en proie à des difficultés familiales et financières s'en est violemment pris aux magistrats du tribunal militaire de Rabat, ce qui lui a valu deux ans de prison ferme.

aA

Ce soldat était connu de la justice militaire pour avoir diffamé, une première fois, ses supérieurs à El Hoceima et à Fès où il avait fait partie du groupe local de sécurité Hadar, un système de vigilance mis en place par les autorités policières et militaires pour assurer la sécurité et contrecarrer toute menace d'actes de violence et de terrorisme. Après avoir été placé en détention préventive à la prison de Salé durant deux mois, ce militaire indiscipliné, accusé d'atteinte à l'honneur de l'institution militaire, a récidivé jeudi dernier, à l'ouverture de son procès, en s'attaquant aux magistrats, rapporte Assabah dans sa version de ce mercredi 14 septembre.

 

"Alors que son procès, devant le tribunal militaire de Rabat, venait juste de commencer, le prévenu a en effet offensé les magistrats et l'institution militaire en proférant à haute voix de graves accusations", relève le quotidien. Et d'ajouter que, face à la gravité de son comportement, les magistrats ont fait appel à des témoins à charge, présents à l'audience.

Après délibération, le prévenu a été condamné à deux ans de prison ferme.

 

Assabah précise que l'accusé avait, dernièrement, changé de comportement en raison, notamment, de difficultés financières. Père de plusieurs enfants, l'homme qui, selon sa dernière fiche de salaire, ne gagnait que 1.000 dh par mois, s'est endetté après le décès de sa femme et un deuxième mariage. Sa situation s'est aggravée lorsqu'il a été déchargé de sa mission au sein de Hadar et rappelé à la caserne. "Le prévenu a alors plongé dans une dépression nerveuse", souligne le journal.