Salé: ils kidnappent une mineure pour obliger son père à rembourser une dette | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
kidnapping
© Copyright : DR

Salé: ils kidnappent une mineure pour obliger son père à rembourser une dette

Par Hassan Benadad le 01/11/2019 à 22h43

Kiosque360. La police judiciaire de Salé a arrêté une mère et son fils pour l’enlèvement et la séquestration d’une jeune élève de 15 ans. Les mis en cause auraient commis ce crime pour forcer son père à rembourser le reliquat d’un prêt de 170.000 dirhams dont il n’a pu s’acquitter à temps.

aA

Les éléments de la police judiciaire de Layayda relevant de la préfecture de Salé ont déféré, jeudi dernier, une dame et son fils devant le parquet près de la cour d’appel de Rabat. La mère âgée de 47 ans et son fils de 19 ans sont accusés de l’enlèvement d’une élève de 15 ans, de séquestration et de chantage à l’encontre de ses parents.

 

Selon des sources autorisées, le procureur général du roi a ordonné la mise en détention des deux mis en cause à la prison Al Arjat dans la banlieue de Salé. Les deux prévenus seront entendus la semaine prochaine par le juge d’instruction pour répondre aux chefs d’inculpation d’enlèvement, de séquestration, de demande de rançon, de vol et de complicité de vol.

 

Cette affaire a secoué les habitants de Salé et provoqué la panique chez les parents d’élèves. Les faits remontent au début de la semaine en cours quand, à l’instigation de sa mère, le jeune garçon a guetté la sortie de la jeune fille de son école avant de l’enlever pour l’emmener dans la maison de sa famille. La mère et le fils ont commencé à faire chanter son père en lui demandant de rembourser un prêt qu’ils lui avaient accordé en contrepartie de la libération de la jeune fille.

 

Le quotidien Al Akhbar rapporte, dans son édition du samedi 2 novembre, que face à l’intransigeance des deux mis en cause, le père de la jeune fille a averti les autorités judiciaires. Les éléments de la police ont alors tendu un piège à cette bande criminelle. Selon certaines sources, des policiers en civil se sont déplacés sur les lieux de la transaction où ils ont suivi l’opération de loin avant d’interpeler la mère et son fils. Les deux accusés ont appris à leurs dépens que leur crime est passible de lourdes peines. Il faut maintenant attendre les conclusions de l’enquête approfondie du juge d’instruction pour connaître les tenants et les aboutissants de cette «transaction».