Le360 Actualités Maroc

ع
Espace muséal de la mémoire juive - Beit Yehouda - Tanger.

Espace muséal de la mémoire juive Beit Yehouda, à Tanger.

© Copyright : MAP

Sitôt créé, le Centre de recherche et des archives sur le judaïsme du nord du Maroc est déjà à l'œuvre

Par Hajar Kharroubi le 21/09/2022 à 15h55

Une rencontre internationale sur l’histoire des juifs du Nord du Maroc a été tenue, du 19 au 21 septembre 2022 à Tanger, à l’occasion de la création du Centre de recherche et des archives sur le judaïsme du Nord du Maroc.

aA

Dans un communiqué, le Conseil des communautés israélites du Maroc indique qu’une rencontre internationale sur l’histoire des juifs du Nord du Maroc a été organisée du 19 au 21 septembre 2022 à Tanger.

 

Cette rencontre, qui s’est tenue en présentiel et par visioconférence, a été organisée par le Conseil de la communauté israélite du Maroc, le Centre de la culture judéo-marocaine (Bruxelles) et le Dr Aviad Moreno de l’université Ben Gourion (Bershéva). L’objectif est de braquer les projecteurs sur la mémoire et l’histoire particulièrement riche des juifs dans le Nord du Royaume, en plus de définir les futures missions du Centre de recherche et des archives sur le judaïsme du Nord du Maroc (CJNM).

Juifs marocains: un attachement séculaire au royaume

 

Réunissant les membres du comité du CJNM, aux côtés d’éminents intervenants, historiens, académiciens, scientifiques, chercheurs en judaïsme et migrations, et de membres de la communauté juive du Maroc et de l’étranger, cette rencontre a été marquée par des visites de lieux emblématiques, notamment à Assilah, Larache et Tanger, témoins d’une histoire millénaire des descendants des juifs d’Ibérie habitants dans la région du Nord, dont beaucoup ont émigré en Amérique latine au fil des siècles, indique ce même communiqué du Conseil des communautés israélites du Maroc.

 

Le Conseil des communautés israélites du Maroc rappelle, par ailleurs, que cette rencontre s’est tenue quelques jours après l’inauguration de la synagogue Assayag, et l’ouverture de l’Espace muséal Beit Yehouda dans la médina de Tanger, dans l’objectif de la réhabilitation de la culture judéo-marocaine, et la préservation de cette composante de la mémoire de la région du Nord.

 

La première journée de cette rencontre a été marquée par la visite des synagogues, du cimetière et autres sites de Tanger, et une réunion des membres du Centre de recherche et des archives sur le judaïsme du Nord du Maroc sur les possibilités de partenariat et de collaboration avec les archives internationales et les moyens de retrouver et de collecter les sources.

 

Au programme de cet évènement figuraient également des visites à Larache, et à la synagogue et au cimetière d’Assilah, et des réunions sur les collaborations entre les communautés du Nord du Maroc, l’organisation juridique et matérielle du futur centre, et la définition des principaux objectifs du Centre, des axes de recherche prioritaires et d’une méthodologie pour la collecte des sources, des archives, des objets et de l’iconographie, détaille le Conseil des communautés israélites du Maroc.

André Azoulay: «être Juif en terre d'Islam, une histoire que le Maroc a choisi d’écrire au futur» 

 

Géré par un comité regroupant des personnalités de Belgique, de France, d’Espagne, du Brésil, d’Israël, des Etats-Unis et du Maroc, le Centre de recherche et des archives sur le judaïsme du Nord du Maroc fait partie d’un ensemble d’initiatives de la communauté juive du Maroc, portées dans le cas présent, notamment, par la Communauté israélite de Tanger, la Fondation Donna et Haïm Benchimol.

 

Il établira son siège au bureau de la Communauté israélite de Tanger, et abritera une bibliothèque et un lieu de résidence dédié aux chercheurs. Il aura pour mission, entre autres, de mener des études scientifiques, en partenariat avec l’Université Abdelmalek Essaâdi, en collaboration avec d’éminents chercheurs marocains et internationaux, pour mieux connaître et présenter cette communauté au public le plus large au Maroc et à l’étranger, résidents ou visiteurs, toutes confessions confondues.