Le360 Actualités Maroc

ع
Souk Elarbaa
© Copyright : DR

Souk Larbaâ: arrestation d’un marchand ambulant pour une fausse rumeur sur le coronavirus

Par Hassan Benadad le 14/03/2020 à 00h38

Kiosque360. La police judiciaire de Souk Larbaâ a procédé à l’interpellation d’un marchand ambulant qui appelait les parents d’élèves à ne pas envoyer leurs enfants à l’école en raison de la propagation du coronavirus dans la ville.

aA

Les éléments de la police judiciaire de Souk Larbaâ ont arrêté, jeudi dernier, un individu qui appelait les citoyens à ne pas envoyer leurs enfants à l'école à cause du coronavirus. L’homme, âgé d’une trentaine d’années, marié et père de deux enfants, s’est présenté, jeudi 12 mars à 15 heures, devant un établissement scolaire pour exhorter les parents d’élèves à ne pas envoyer leurs enfants à l’école en raison de la propagation du Covid-19 dans la cité.

 

Cette fausse information a semé la panique au sein de la population de Hay Salam, l’un des quartiers les plus peuplés de Souk Larbaâ. Des témoins ont signalé la scène à une patrouille de police qui a interpellé le mis en cause pour le placer en garde à vue sous la supervision du parquet. Les services de la police judiciaire ont commencé l’interrogatoire du commerçant qui sera probablement déféré, ce samedi matin, devant le procureur du roi. Le prévenu risque d’être poursuivi pour de graves chefs d’inculpation qui pourraient s’étendre à l’atteinte à l’ordre public.


Le quotidien Al Akhbar rapporte, dans son édition du samedi 14 mars, que la DGSN a publié un communiqué dans lequel elle confirme que la police judiciaire de Souk Larbaâ a diligenté une enquête sur les actes criminels attribués à ce marchand ambulant. Ce dernier est soupçonné d’avoir diffusé des informations fictives de nature à porter atteinte à la sûreté et à la sécurité des citoyens.

 

Il faut rappeler que depuis l’apparition de cette épidémie, d’autres personnes avaient été déférées devant la justice pour ces mêmes motifs. C’est ainsi qu’un jeune homme de vingt ans a été condamné à deux mois de prison ferme à Tétouan pour avoir prétendu que la ville avait enregistré plusieurs cas mortels de coronavirus. Une employée d’une société de crédit est, elle aussi, poursuivie pour avoir diffusé de fausses informations sur la propagation de cette pandémie dans la ville de Kenitra.