Le360 Actualités Maroc

ع
Club équestre
© Copyright : DR

Tanger: qui veut la peau du Club équestre, patrimoine de la ville du Détroit?

Par Fayza Senhaji le 02/05/2021 à 21h54

Kiosque360. Depuis quelques semaines, le Club équestre de Tanger subit des "attaques" répétées de la part de jeunes qui se croient au-dessus de toutes les lois. Certains y voient les signes d'un acharnement de prédateurs immobiliers qui souhaitent récupérer le lieu. Les détails.

aA

Des jeunes, qui se croient au-dessus de la loi, font vivre aux adhérents et aux habitués du Club équestre de Tanger un calvaire quotidien. Plusieurs adhérents dénoncent le comportement répété de jeunes qui transforment ce lieu paisible en véritable arène de sport automobile, au vu et au su de tous, sans qu’aucune des actions entreprises jusque-là ne soit parvienue à les stopper, rapporte Al Massae dans son édition du lundi 3 mai. Le quotidien qui a reçu, ces derniers jours, plusieurs plaintes de la part d’adhérents à ce club considéré comme un véritable patrimoine de la ville, s’est déplacé pour s’enquérir de la situation.


Selon les témoignages recueillis, des dizaines de jeunes, pourtant étrangers au Club équestre, forcent régulièrement l’entrée avec leurs véhicules. Les agents de la sécurité qui osent s’interposer deviennent rapidement les victimes de leurs agressions. Les sources interrogées par le quotidien évoquent plusieurs comportements contraires au règlement intérieur du Club, comme l’organisation en son sein de véritables rodéos de quadricycles, les intrus ne se souciant ainsi ni de la quiétude des adhérents du club, ni de celle des chevaux qui s’y trouvent. Pourtant, ce genre de nuisances peut avoir de graves conséquences sur ces animaux.


La même source ajoute que des plaintes ont été déposées auprès des services de sécurité de la ville du Détroit, mais ceux-ci tardent à réagir. Face à cette passivité des autorités, des adhérents rencontrés par Al Massae n'hésitent pas à accuser certains services de sécurité de mutisme quand il s’agit d’affaires où de jeunes «ouled lefchouch» (Gosses de riches) sont incriminés. D’autres adhérents vont encore plus loin, considérant que ces agissements font partie d’une vaste stratégie menée par des «prédateurs» immobiliers cherchant à récupérer le foncier du club. Il faut dire que cette dernière thèse n’est pas si farfelue que cela, le terrain du Club équestre étant, depuis plusieurs années, l’objet de convoitise de promoteurs immobiliers. Cette convoitise n’a fait que se renforcer dernièrement, après que les autorités de la ville ont refusé d’inscrire le Club équestre au patrimoine historique reconnu de Tanger.


Quoi qu'il en soit, on en saura plus sur cette affaire durant les prochaines semaines. En attendant, Al Massae rappelle que le Club équestre de Tanger est particulier à l’échelle de la ville, mais aussi au niveau national. En effet, contrairement aux autres clubs qu’abritent d’autres villes du royaume, l’adhésion à celui de la ville du Détroit n’est pas restreinte à des personnes issues d’une certaine classe sociale, mais est ouvert à l’ensemble de la population de la ville, avec comme seule condition la passion des chevaux.