Le360 Actualités Maroc

ع
Prison condamnation
© Copyright : DR

Témara: déprimé par le confinement, il se balade nu dans la rue et se retrouve en prison

Par Maya Zidoune le 04/05/2020 à 20h45

Kiosque360. En cette période d’état d’urgence, un jeune chauffeur de taxi s'est retrouvé devant le tribunal pour atteinte à la pudeur et aux bonnes mœurs pendant le mois de ramadan.

aA

Dans son édition de ce mardi 5 mai, le quotidien arabophone Assabah nous apprend qu’un chauffeur de taxi âgé de 32 ans, en détention provisoire à la prison locale d'El Arjat à Salé, vient de comparaître devant le juge d’instruction pour atteinte à la pudeur. L’individu a, en outre, été interpelé pour violation de l’état d’urgence et consommation de stupéfiants. Il serait atteint d’une dépression sévère, à cause du confinement décrété dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. 

 

En effet, des sources proches de la gendarmerie de Sidi Yahia Zair rapportent au journal casablancais que le jeune homme a été intercepté alors qu’il déambulait nu dans les artères de la commune. Il n’était visiblement pas conscient de ses faits et gestes, explique Assabah.

 

Les mêmes sources rapportent également que le chauffeur de taxi arrêté possède un casier judiciaire vierge. Il affirme, par ailleurs, n’avoir jamais suivi de traitement thérapeutique. L’homme, dont les comportements ont été jugés «dangereux», n’a pourtant été soumis à aucun suivi psychiatrique.

 

La restrictions relatives au déplacement, imposées par l’état d’urgence sanitaire, l’ont poussé à consommer une drogue, avant d'abandonner sa voiture au milieu de la route.

 

L'homme a été présenté au procureur du roi. Le rapport judiciaire pointe des infractions à la pelle, dont l’atteinte aux bonnes moeurs dans un lieu public et la consommation de stupéfiants, sur fond de non-respect de l’état d’urgence sanitaire. 

 

En dépit de la décision formulée par la présidence du ministère de l’Intérieur et le conseil supérieur du pouvoir judiciaire d’alléger le fardeau des tribunaux et de restreindre les arrestations en période de crise sanitaire, il a été décidé de placer cet individu en détention provisoire à la prison locale d'Arjate pour les faits commis, notamment l’outrage à la morale publique pendant le mois sacré du ramadan.