Traite de femmes: des Marocaines exploitées dans la pornographie en Espagne | www.le360.ma

ع
Traite d'être humain
© Copyright : DR

Traite de femmes: des Marocaines exploitées dans la pornographie en Espagne

Par Zineb El Ouilani le 26/02/2018 à 22h11

Kiosque360. Les autorités espagnoles ont démantelé un réseau de traite de femmes qui s’activait à Melilla et dans le sud de l’Espagne. Le réseau exploitait des femmes marocaines démunies, dont des jeunes filles mineures, dans la prostitution et la production de films pornographiques.

aA

Les autorités espagnoles continuent leur enquête judiciaire avec les membres d’un réseau de traite de femmes qui exploitait, à Melilla et dans le sud de l’Espagne, des femmes marocaines, dont des jeunes filles mineures, dans la prostitution et la production de matériel pornographique, rapporte Assabah dans son édition de ce mardi 27 février.

 

La Guardia civil a procédé à plusieurs arrestations dès la première semaine du mois de février, après avoir collecté assez d’informations sur ce que la presse espagnole décrit comme étant «le réseau le plus dangereux de traite des blanches et d’esclavage à Melilla». Les investigations ont été menées dans la plus grande discrétion durant près d’une année, affirme Assabah.

 

Dans le cadre de cette affaire, des dizaines de personnes ont été mises à la disposition de la justice. Parmi elles, des victimes marocaines qui ont subi le calvaire de l’exploitation, de l'intimidation et des agressions sexuelles. Les 5 membres du réseau, dont une femme, ont tous été arrêtés, souligne Assabah.

 

Deux appartements, situés dans un même immeuble placé sous surveillance, ont été perquisitionnés par la Guardia civil. Des documents d’identité, dont des carnets d’Etat civil et des passeports appartenant à plusieurs femmes marocaines, ont alors été saisis. La police a de même mis la main sur du cannabis, de la cocaïne répartie en doses prêtes à l’emploi, des billets de banque en euro et en dirham, ainsi que des téléphones portables, ajoute le quotidien.

 

S'appuyant sur les informations rapportées par la presse espagnole, Assabah souligne que le réseau exploitait des femmes vulnérables en situation irrégulière, à la recherche d’un emploi ou au chômage.