Travail des enfants : Ce n'est pas encore gagné ! | www.le360.ma

ع
enfants travail
© Copyright : DR

Travail des enfants : Ce n'est pas encore gagné !

Par Abir Al Maghribi le 12/06/2013 à 11h55 (mise à jour le 13/06/2013 à 13h54)

Célébration aujourd'hui de la Journée mondiale de la lutte contre le travail des enfants. Le point sur la situation au Maroc.

aA

Ce 12 juin, on célèbre la Journée mondiale contre le travail des enfants. Dans son dernier rapport, le Bureau international du travail (BIT) tire la sonnette d'alerte et relève que "plus de 15 millions d’enfants de 5 à 17 ans travaillent dans le monde comme domestiques chez des tiers. Ils sont soumis à des violences physiques, psychiques, parfois sexuelles". Ces pratiques sont courantes au Maroc, même s'il n'existe pas encore des études fiables pour évaluer ces violences.

Toujours est-il, "le phénomène de travail des enfants au Maroc est en forte régression depuis 1999, année où il touchait 9,7% de l'ensemble des enfants de 7 à moins de 15 ans, soit 517.000 enfants", constate le Haut commissariat au plan (HCP) dans une enquête publiée aujourd'hui. Le HCP précise que "le travail des enfants de moins de 15 ans est un phénomène concentré principalement en milieu rural où il touche 3,9% des enfants (85.000) contre 16,2% en 1999 (452.000 enfants)".

Les principaux secteurs employeurs

A en juger par l'enquête du département de Lahlimi, "le travail des enfants reste concentré dans certains secteurs économiques. En milieu rural, "ils sont 95,5% à travailler dans l'agriculture, forêt et pêche". En zones urbaines, les "services", avec 58,4%, et l'industrie y compris l'artisanat, avec 31,3%, sont les principaux secteurs employeurs des enfants".

En ce qui concerne "le statut dans l'emploi", on apprend que plus de 9 enfants actifs occupés sur 10 en milieu rural travaillent en tant qu'aides familiales. En milieu urbain, un peu plus de la moitié des enfants sont des apprentis (51,5%), environ le quart des "aides familiales" (25,3%), un enfant sur cinq travaille en tant que salarié (22,1%) et en tant qu'indépendant (1,1%). Dans les villes, ce phénomène concerne 0,3% des enfants citadins (7.000) contre 2,5% en 1999 (65.000 enfants), est-il précisé.