Un «mcharmel» sème la panique dans une clinique casablancaise | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
tcharmil

   

© Copyright : DR

Un «mcharmel» sème la panique dans une clinique casablancaise

Par Abdeladim Lyoussi le 30/03/2015 à 00h28 (mise à jour le 30/03/2015 à 16h37)

Kiosque360. Les médecins, infirmiers et patients d’une clinique privée casablancaise ont vécu d’éprouvants moments quand un délinquant, armé de deux coutelas, a débarqué dans les lieux. Un médecin s’est en sorti avec de graves blessures et l’assaillant a été appréhendé.

aA

Faudra-t-il désormais s’attendre à toutes les mauvaises surprises quand on est obligé de se retrouver dans une clinique? Visiblement oui, après ce qui vient de se passer le 28 mars dans un établissement de santé privé à Casablanca. Selon Assabah, dans sa livraison de ce lundi 30 mars, tout avait commencé quand un «mcharmel», apparemment drogué à ne plus pouvoir maîtriser ses actes, a assailli la clinique bidaouie, armé de deux coutelas. Portant une profonde blessure au visage, il a semé la panique parmi les patients et les cadres de cet établissement qu’il a menacés avant de s’en prendre à un médecin. Le praticien, qui voulait s’interposer pour calmer cet individu, qui était dans un état hystérique, affirme Assabah, l’a échappé belle: l’assaillant l’avait visé d’un coup de coutelas vers le cœur, mais, esquivant le coup, le médecin a été gravement blessé au visage. Une personne se trouvant sur place, avait, entre-temps, alerté la police, mais le «mcharmel» avait continué à menacer tout le monde et à saccager le matériel de la clinique.

 

Terreur sur la ville

Arrivée sur place, la police a trouvé beaucoup de difficulté pour maîtriser le forcené, mais deux éléments de la brigade dépêchée sur les lieux ont réussi à lui passer les menottes. Emmené au commissariat, il allait se révéler que ledit «mcharmel» n’était pas à son premier méfait de la journée. Un peu plus tôt, il aurait été impliqué dans un autre crime à Hay Hassani. Blessé au visage, ce jeune homme de 27 ans, n’a pas trouvé mieux que de héler un taxi, de menacer le chauffeur et de subtiliser le véhicule pour se rendre jusqu’à la clinique. Assabah nous informe que, sur décision du parquet de la ville, le pauvre chauffeur a pu reprendre son véhicule, mais a tenu toutefois à poursuivre son agresseur. Quant à notre «mcharmel», un jeune habitant le quartier Maârif, il a été maintenu en détention préventive. Les enquêteurs attendaient qu’il se remette de l’effet des quantités de drogue qu’il a consommées pour pouvoir l’interroger.