Une affaire de mœurs secoue l’ambassade du Maroc en Belgique | www.le360.ma

ع
Siège de l'Union europénne à Bruxelles

Siège de l'Union europénne à Bruxelles

© Copyright : DR

Une affaire de mœurs secoue l’ambassade du Maroc en Belgique

Par Mohamed Younsi le 12/07/2019 à 20h06 (mise à jour le 13/07/2019 à 12h15)

Kiosque360. L’ambassade du Maroc en Belgique est secouée par un scandale sexuel. L’affaire est portée devant la justice belge et les associations de Marocains de Belgique sont entrées en lice pour soutenir la victime. Les détails.

aA

L’ambassade du Maroc en Belgique est au cœur d’un scandale sexuel, suscitant des interrogations, voire même des polémiques, au sein de la communauté marocaine installée en Belgique. L’opinion publique belge est entrée en lice depuis que l'affaire a été portée devant les autorités compétentes belges. Selon le quotidien Assabah, qui rapporte cette information dans son édition du week-end des 13 et 14 juillet, cette affaire a éclaté lorsqu’une enseignante marocaine de langue arabe a saisi la police belge, accusant un responsable marocain de harcèlement sexuel.

 

A ce propos, les sources du quotidien ont fait savoir que cette affaire a commencé avec les avances de ce responsable, âgé de 34 ans et marié, qui a lourdement insisté, invitant la jeune femme dans son bureau pour lui proposer des sorties romantiques le soir. Cette attitude a été repoussée par l’enseignante marocaine, affectée par la Fondation Hassan II en Belgique pour enseigner la langue arabe aux enfants des MRE. Devant ce refus, le mis en cause est passé à la menace, en cherchant à mettre un terme à son contrat avec l’ambassade du Maroc en Belgique et la renvoyer définitivement au Maroc.

 

Affectée pour enseigner dans une école, cette enseignante a été obligée de donner des cours dans une mosquée. De même, elle a été obligée de porter le voile durant l’exercice de ses fonctions. Chose qu’elle a refusée. Mais le refus a été interprété différemment dans les rapports du responsable mis en cause. Ce qui a poussé la victime à saisir l’ambassadeur du Maroc en Belgique. Mais aucune suite n’a été donnée à sa plainte.

 

C’est à ce moment qu’elle a porté l’affaire devant la place publique belge, en s’adressant aux associations de Marocains résidant en Belgique dans la perspective d’obtenir leur soutien, avant de déposer une plainte auprès des services de la police belge. En franchissant ce pas, l’affaire a pris une autre dimension. Les sources du quotidien ont précisé que les associations des Marocains ont décidé de soutenir la victime devant la justice belge pour mettre un terme à ces comportements qui ternissent l’image du Maroc et portent préjudice à la femme marocaine. Dans ce sillage, les Marocains résidant en Belgique, ajoute Assabah, comptent organiser un mouvement de colère devant le siège de l’ambassade du Maroc.