Le360 Actualités Maroc

ع
chantage sexuel harcèlement au travail
© Copyright : DR

Une affaire de «sexe contre des microcrédits» secoue Echemmaia

Par Fayza Senhaji le 24/11/2022 à 19h28

Kiosque360. Dans la petite ville d’Echemmaia, un responsable d'une agence de microcrédit profitait de son poste pour abuser sexuellement de ses clientes, en contrepartie de l'acceptation de leurs dossiers. Une revue de presse tirée d'un article d'Assabah.

aA

Du «sexe contre des microcrédits». C’est ainsi que l’on pourrait qualifier ce scandale qui vient d’éclater dans la petite ville d’Echemmaia, relevant de la région de Marrakech-Safi. Le responsable d’une agence de microcrédit vient d’être déféré devant la justice pour son implication présumée dans une affaire de harcèlement et chantage sexuel.

 

Les détails de ce scandale font la Une du quotidien Assabah dans son édition du vendredi 25 novembre. Tout est parti d’une plainte d’une collègue de l’accusé qui s’est présentée devant les gendarmes pour dénoncer un viol dont elle aurait été victime. Le responsable de l’agence de microcrédit où elle travaille aurait ainsi profité d’un moment où il se trouvait seul avec sa collègue pour abuser d’elle sexuellement. Mais ce n’est pas tout, la jeune fille a également informé les services de la gendarmerie qu’elle soupçonnait le responsable de plusieurs autres agissements à l'encontre de clientes de l’agence.

 

Comme l’écrit le journal, l’accusé, qui a avoué les faits lors de son audition après avoir été confronté à des preuves irréfutables, profitait de son poste au sein de l’agence pour assouvir ses pulsions sexuelles. C’est lui, en effet, qui avait le dernier mot pour autoriser l’octroi de microcrédits aux clients. Sachant que la plupart des femmes qui avaient recours à son agence se trouvaient dans des situations financières délicates, il n’hésitait pas à les menacer de bloquer leurs dossiers si elles rejettaient ses avances.

 

Certaines, dont la situation était des plus précaires, se retrouvaient contraintes de renoncer à préserver leur honneur afin de voir leurs dossiers acceptés. Le responsable était même prêt à fermer les yeux quand leurs dossiers n’étaient pas complets ou éligibles à un microcrédit. En revanche, toutes celles qui refusaient de se soumettre voyaient leurs dossiers traîner ou obtenaient un refuser pour des raisons injustifiées.

 

Bien entendu, aucune victime n’a osé en parler. Il aura donc fallu attendre que l’une des collègues de ce responsable le dénonce pour que toute cette affaire soit révélée. L’accusé lui, devra répondre de ses actes devant la justice.