Vidéo. Covid-19: à Oujda, voici comment les médecins du privé sont restés mobilisés | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cover_Vidéo: أطباء القطاع الخاص بوجدة يستأنفون عملهم
© Copyright : Le360

Vidéo. Covid-19: à Oujda, voici comment les médecins du privé sont restés mobilisés

Par Mohammed Chellay le 01/06/2020 à 08h36

Avec la propagation du nouveau coronavirus et la mesure du confinement, les médecins du privé ont dû s’adapter pour continuer de garantir les soins à leurs patients. Le360 s’est rendu dans une clinique privée d’Oujda. Reportage.

aA

Il faut en convenir, le Covid-19 n’a pas fait disparaître les autres maladies.

 

A Oujda, les médecins du secteur privé, toutes spécialités confondues, sont restés mobilisés tout au long du confinement, à distance, ou, en cas d’urgence, en se déplaçant au domicile des patients.

 

«Au début du confinement, nous avons été obligés de réduire notre activité et de ne plus recevoir les patients. Nous nous sommes donc concentrés sur les cas urgents en nous déplaçant à leur domicile ou à distance, via la plateforme de téléconseil médical mise en place par le ministère de la santé, Tbib24. Ainsi près de 3.000 personnes ont pu bénéficier d’une consultation médicale pendant cette période», témoigne la docteure Sabah Bazouti, dermatologue à Oujda.

Vidéo. Confinement: les cliniques privées tirent la sonnette d'alarme, voici pourquoi 

 

Avec l’allègement de la mesure du confinement et l’absence de cas positifs au Covid-19 dans la ville, les médecins peuvent à nouveau accueillir leurs patients à leur cabinet médical, avec, bien entendu, la mise en place de mesures de précautions sanitaires.

 

L’accueil des patients se fait uniquement sur rendez-vous, et les accompagnants, si leur présence n'est pas nécessaire, doivent rester en dehors de la clinique -ou du cabinet médical. 

 

Les salles d’attentes ont été réaménagées de manière à respecter les gestes barrières, et la nécessaire distanciation sociale. 

 

«Si le patient n’a pas de masque de protection, on lui en fournit un, les sièges et les lits de soin sont protégés et le matériel est désinfecté après le passage de chaque patient. En cas de problèmes, il ne faut pas avoir peur de se rendre chez le médecin», souligne Fatim-Zahra Bassraoui, ophtalmologue à Oujda.