Vidéo. Déficit pluviométrique, barrages presque à sec: dans le Souss, les cultures sont sérieusement menacées | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cover Vidéo . أزمة المياه تضع القطاع الفلاحي باشتوكة أمام المحك
© Copyright : Le360

Vidéo. Déficit pluviométrique, barrages presque à sec: dans le Souss, les cultures sont sérieusement menacées

Par Mohand Oubarka le 18/10/2020 à 12h32 (mise à jour le 18/10/2020 à 18h55)

Dans la région du Souss-Massa, et plus particulièrement dans la province de Chtouka Aït-Baha plus connue par sa vocation agricole, l’eau se fait rare. Le ciel n’ayant pas été clément cette année, le taux de remplissage des barrages a baissé, et la saison agricole est donc sérieusement menacée.

aA

Les différents intervenants du secteur agricole de la région du Souss-Massa, rencontrés par Le360, s'entendent sur le fait qu'il faudra s'attendre à une saison sinistrée, avant tout à cause d'une grande pénurie d’eau dans cette région, à vocation agricole. 

 

Pour Zakaria Hanich, vice-président délégué de Association Marocaine des producteurs et producteurs exportateurs de fruits et légumes (APEFEL), le secteur agricole traverse des moments très difficiles aujourd’hui. «En plus du manque de pluie, le barrage Youssef Ibn Tachfine, qui contribue à l’irrigation des terres agricoles, affiche un taux de remplissage en deçà de la moyenne. Ajoutons à cela la problématique des puits d’eau qui sont à sec», explique-t-il.

 

En conséquence, la récolte n’est pas abondante, comme par le passé, sachant que la région du Souss assure une production nationale allant jusqu’à 70% durant six à sept mois de l’année, assure cet interlocuteur. La production de tomates, notamment, destinées aussi bien au marché intérieur qu'à l'export, s’en trouve sérieusement impactée.

Vidéo. À Souss-Massa, des barrages presque à sec, le spectre de la soif est plus présent que jamais

 

Abdallah Kramou, dirigeant d’une société spécialisée dans la recherche et développement agricole, indique de son côté que l’une des conséquence majeures de la pénurie d’eau dans la région est la diminution de la superficie des terres cultivées.

 

Pour sauver leur récolte, des agriculteurs doivent se faire parvenir de l’eau, acheminée dans des citernes depuis des régions lointaines. Une opération onéreuse, qui se répercute nécessairement sur le coût de leur production et donc leurs prix de vente.