Vidéo. Les plus grands dinosaures prédateurs de tous les temps ont été retrouvés au Maroc | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Dinosaures

Il y a 100 millions d'années, les dinosaures vivaient à Kem Kem, dans la région de Draâ-Tafilalet

© Copyright : DR

Vidéo. Les plus grands dinosaures prédateurs de tous les temps ont été retrouvés au Maroc

Par Ayoub Khattabi le 29/04/2020 à 14h57 (mise à jour le 29/04/2020 à 15h25)

Dans une étude publiée par la revue scientifique ZooKeys, une équipe de chercheurs issus du Maroc, des États-Unis et d’Europe a pu reconstituer l’histoire complète de ce qu’ils appellent «l’endroit le plus dangereux de l’Histoire de la terre», dans la région de Draâ Tafilalet.

aA

Situés au sud-est du Maroc, les lits de Kem Kem au Maroc sont célèbres pour les fossiles spectaculaires qui s’y trouvent, dont au moins quatre théropodes non aviaires à gros corps, plusieurs ptérosaures à gros corps et des crocodiliens.

 

Pour reconstituer l’histoire complète du site, les auteurs de la monographie ont visité des collections de fossiles de Kem Kem à travers le monde et mené de nombreuses expéditions dans la région.

 

 

 

L’une des principales caractéristiques de l’assemblage trouvé est la présence de plusieurs théropodes à gros corps, un groupe de dinosaures carnivores, notamment le Spinosaurus à voile et le Carcharodontosaurus à dents de sabre.

 

Le Maroc est devenu un souk mondial des restes de dinosaures


La plupart des fossiles de la région ont été retrouvés sous forme de fragments isolés. Seuls quatre squelettes ou crânes de dinosaures partiels ont pu être été récupérés, dont le sauropode à long cou Rebbachisaurus garasbae et les théropodes Deltadromeus agilis, Carcharodontosaurus saharicus et Spinosaurus aegyptiacus. Ces théropodes sont parmi les plus gros dinosaures prédateurs jamais connus, atteignant des longueurs corporelles adultes dépassant 12 mètres.


«Ce fut probablement l'endroit le plus dangereux de l'histoire de la Terre, un endroit où un voyageur du temps humain ne tiendrait pas très longtemps» estime l'auteur principal de l'étude, le Dr Nizar Ibrahim, de l'Université de Detroit Mercy.