Vidéo. Mendicité, violences faites aux femmes: le point avec la ministre de la Famille, Jamila El Moussali | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
cover: جميلة مصلي تكشف عن ظاهرتي تسول الأطفال والعنف ضد النساء
© Copyright : le360

Vidéo. Mendicité, violences faites aux femmes: le point avec la ministre de la Famille, Jamila El Moussali

Par Mohamed Chakir Alaoui et Yassine Benmini le 22/03/2021 à 16h46

Dans une interview pour Le360, Jamila El Moussali, ministre de la Solidarité, du Développement social, de l’égalité et de la famille (MSDSEF), a qualifié de "préoccupant" le phénomène de l'exploitation des enfants dans la mendicité. Elle a également abordé l'épineuse question des violences faites aux femmes.

aA

Lors de cet entretien, la ministre de la Solidarité et du Développement social a déclaré avoir établi un partenariat avec le ministère des Habous et des Affaires islamiques, afin de mener une opération de sensibilisation lors des prêches de vendredi. "Nous remercions le ministère des Habous d'avoir lancé des prêches pour sensibiliser les familles aux dangers liés à l'exploitation des enfants dans la mendicité", a affirmé Jamila El Moussali avant de citer les différents programmes sociaux destinés à soutenir les familles vulnérables (programme Tissir, etc).

 

En outre, El Moussali met en avant les efforts fournis dans les régions et les grandes villes dans le cadre de la lutte contre ce fléau. "Nous avons éradiqué la mendicité infantile à Rabat ", a-t-elle souligné en évoquant la réinsertion de 142 enfants. Et d'ajouter que "la place de l'enfant est chez lui et à l'école".

 

A propos des violences à l'encontre des femmes, la ministre se dit satisfaite de la diminution de ce fléau, estimant que la violence morale (plus de 16% des cas) est plus grave que la violence physique (seulement 6% des cas).

Revue du web. Une campagne publicitaire contre la mendicité des enfants fait polémique 

 

El Moussali constate que les violences faites aux femmes ont augmenté durant la période de confinement. La ministre cite à ce titre une série de mesures initiées pour freiner cette évolution. "Nous allons coopérer avec l'Union des femmes du Maroc que préside la princesse Lalla Meryem pour mettre à exécution un protocole territorial de prise en charge des femmes victimes de violences. Ce programme à déjà été initié à Marrakech et à Tanger, en impliquant notamment le Parquet général", a soutenu la ministre.

 

"Au niveau national, nous avons aménagé un total de 65 espaces multifonctionnels pour les femmes victimes de violences", poursuit la ministre, précisant qu’une convention engageant son ministère devrait porter leur nombre à 85. Il s'agit, a-t-elle conclu, "de lieux d’écoute, d’orientation, d’accompagnement et de prise en charge des femmes victimes de violences".