Vidéo. Viol et meurtre du petit Adnane: pour ou contre la peine de mort? Les arguments de deux avocats | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cover_Vidéo: اغتصاب وقتل عدنان هذه مواقف المؤيدين و المعارضين للحكم بالاعدام
© Copyright : Le360

Vidéo. Viol et meurtre du petit Adnane: pour ou contre la peine de mort? Les arguments de deux avocats

Par Mohamed Chakir Alaoui et Yassine Benmini le 16/09/2020 à 11h32 (mise à jour le 16/09/2020 à 12h05)

Le viol et le meurtre du petit Adnane à Tanger ont bouleversé tout le Maroc. Ce cas de pédocriminalité a relancé le débat opposant les partisans de la peine de mort, et les abolitionnistes de la peine capitale. Voici l'avis de deux avocats, l'un exerçant au barreau de Rabat, l'autre, à Casablanca.

aA

Sans entrer dans les fondements juridiques liés à cette sentence, Le360 a demandé leur avis aux deux parties, en interrogeant en premier lieu deux avocats: Mohamed Karrot, partisan du maintien de la peine de mort, et Meryem Jamal El Idrissi, favorable à son abolition.

 

Me Mohamed Karrot, avocat au barreau de Rabat, estime que la peine de mort contient plus d'aspects positifs. Pour lui, l'explication selon laquelle la peine de mort devrait être abolie en raison de possibles "erreurs de jugement" dans lesquelles tomberaient les tribunaux en prononçant la peine capitale n'est pas convaincante".

 

Selon cet avocat, "le droit à la vie doit être appliqué à la victime et au criminel, sur un même pied d'égalité". Il rappelle que "le Code pénal actuel a réduit à 12 le nombre d'actes criminels punissables de la peine capitale, alors qu'il était de 32 par le passé".

L'œil de Gueddar. Le meurtre du petit Adnane relance le débat sur la peine capitale

 

Meryem Jamal El Idrissi, avocate au barreau de Casablanca, estime quant à elle que la peine de mort "n'est pas un châtiment ou une sanction. Il y a d'autres punitions de substitution, plus utiles et plus efficaces".

 

"La peine de mort s'oppose aux conventions internationales, au droit essentiel à la vie, aux droits de l'homme", argumente cette avocate.

 

Selon Me El Idrissi, il existe en outre des cas de personnes que l'on découvre avoir été "exécutées injustement après que des enquêtes complémentaires aient ensuite conclu à une erreur judiciaire".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Maroc, la peine de mort n'est plus appliquée depuis 1993, le dernier cas étant celui du commissaire Mohamed Tabit. Le nombre total des condamnés à la peine capitale, toujours dans l'attente de l'exécution de leur peine dans différentes prisons du Royaume, s'élève à 130 cas, selon les statistiques d'ONG.

 

Le petit Adnane, 11 ans, a été violé puis assassiné la semaine dernière à Tanger par un homme âgé de 24 ans, originaire de Ksar El Kébir, qui a été présenté lundi dernier devant le procureur du Roi à Tanger, sous l'accusation "d'agression et d'assassinat".

 

Trois complices présumés ont été déférés devant ce même parquet pour "non-dénonciation de crime".