Vidéo. Voici pourquoi 4 appelés ont été déférés devant le tribunal militaire et voici ce qu'ils risquent | www.le360.ma

ع
Cover_Vidéo: Le360.ma •تعرفوا على اسباب محاكمة المجندين الاربعة
© Copyright : Le360

Vidéo. Voici pourquoi 4 appelés ont été déférés devant le tribunal militaire et voici ce qu'ils risquent

Par Mohamed Chakir Alaoui et Yassine Benmini le 11/09/2019 à 13h52

Les quatre jeunes appelés qui ont été déférés samedi devant le tribunal militaire de Rabat auraient proféré des insultes à l'encontre de leurs instructeurs dans les casernes de Guercif et d'El Hajeb.

aA

Ces appelés auraient perdu leur sang froid, avec deux jours d'intervalle, lors d'incidents survenus la semaine dernière dans les deux casernes dédiées aux appelés hommes et femmes, selon une source judiciaire.

 

C'est lors de deux séances d'instruction distinctes que les quatre appelés auraient refusé de se soumettre aux ordres des formateurs.
Il faut rappeler que la formation des 15.000 appelés au service militaire est régie par des lois et mesures disciplinaires strictes relevant de l'organisation militaire.

 

L'une des premières règles, que les appelés apprennent par coeur lors de leur accueil dans les casernes, concerne "le respect strict des lois militaires et de la hiérarchie", a-t-on précisé de même source.

 

 

 

 

 

 

 

 

Une équipe de Le360, qui s'était rendue récemment dans la caserne d’El Hajeb, a constaté sur place que la première leçon qui a été enseignée à ces appelés a concerné le "respect des lois militaires". L'insubordination est passible de la prison ferme. Les quatre appelés sont poursuivis en état d’arrestation.

 

Service militaire: quatre appelés poursuivis en justice pour insubordination

 

Les Forces armées royales avaient été alertées de ces deux incidents par la hiérarchie militaire qui a ordonné à la Gendarmerie royale (qui a la compétence de police judiciaire dans ce cas de figure) d’auditionner les prévenus et de les traduire devant le tribunal militaire permanent de Rabat. Ce dernier a fixé au 24 septembre la date du début du procès, sachant que les familles des quatre appelés ont désigné des avocats.

 

Ce procès, qui devrait servir de leçon, ne manquera pas d'insister sur le fait que les "lois militaires sont inviolables" en cas de guerre comme en cas de paix, estiment des spécialistes de la question.