Le360 Actualités Maroc

ع
Violence contre les enfants
© Copyright : DR

Vidéos. Marrakech: «Jamais sans mon alarme», un projet-pilote en faveur des enfants victimes d'agressions

Par Hajar Toufik le 28/05/2021 à 10h06

Les agressions de rue des enfants sont devenues un phénomène récurrent au Maroc. Et pour lutter contre ces violences, les ONG Al Karam et Mekkil’ se mobilisent avec un projet-pilote: «Jamais sans mon alarme».

aA

Pour lutter contre les agressions que subissent les enfants, notamment, mais pas exclusivement, sur les longs chemins de l'école dans le milieu rural, les ONG Al Karam et Mekkil’, qui œuvrent à la protection de l’enfance, se mobilisent pour dire STOP aux agressions, abus, ainsi qu'à toute forme de violence.

 

En effet, les deux associations proposent un dispositif d’alerte. L’idée est d’équiper chaque enfant d’une alarme de poche d’autodéfense.

 

Dénommé Jamais sans mon alarme, ce projet-pilote a pour ambition d'épargner des traumatismes, voire de sauver des vies.

Vidéo. «Douars en vie», un projet pilote lancé à Marrakech

 

La première phase-test de cette opération aura lieu dans la région de Marrakech. Dans un premier temps, 700 enfants bénéficieront de cette alarme, des enfants d’écoles primaires, ainsi que des adolescents. 

 

«En cas d’agression, les enfants pourront déclencher une sirène de 120 décibels, une alarme très puissante pour attirer l’attention aux alentours, afin d'effrayer l’agresseur et le faire fuir par crainte d’être repéré. A terme, l’existence de cette alarme de protection personnelle pourrait dissuader l’attaquant potentiel de passer à l’acte», explique le communiqué.

 

La distribution se déroulera du 1er au 4 juin prochain. Une période qui coïncide avec la journée internationale des enfants victimes de maltraitance, célébrée chaque 4 juin par l'ONU.

 

En chiffres, un milliard d’enfants (âgés de 2 à 17 ans) ont subi des actes de violence en 2018, selon l’OMS. Au Maroc, ce ne sont pas moins de 26.000 enfants qui sont maltraités chaque année, soit plus de 70 par jour, selon des données du ministère de la Justice ainsi que les organisations de défense des droits de l’homme.