Filinfo

Autres

Coronavirus: nouveau record de cas confirmés au Maroc, 104 en un jour, 463 au total

© Copyright : DR
104 cas ont été confirmés au nouveau coronavirus au Maroc de samedi 28 mars à dimanche 29 mars à 18h00, portant à 463 le nombre total des cas de contamination, annonce le ministère de la Santé.
A
A

104 nouveaux cas d'infection au coronavirus du Covid-19 ont été confirmés au Maroc en 24h, portant à 463 le nombre total des cas de contamination, annonce le ministère de la Santé ce dimanche 29 mars à 18h00. Ce bilan de cas contaminés en une seule journée est inédit au Maroc. Il peut s’expliquer par le renforcement des capacités de dépistage du Covid-19. Le nombre de laboratoires qui effectuent ces tests au Maroc est passé de 3 à 4. Le Maroc a également annoncé l’achat de 100 000 kits de dépistage. Et le chef du gouvernement vient de déclarer dans un entretien avec le360 que l’élargissement de la détection de la maladie auprès de personnes présentant les symptômes du Covid-19 «sera confié notamment aux Centres hospitaliers universitaires (CHU)».

Le ministère de la Santé a également recensé 2 décès et 2 guérisons en 24heures, portant le bilan officiel respectivement à 26 morts et 13 rémissions depuis le début de l'épidémie au Maroc.

Par ailleurs, le nombre total des cas exclus après des résultats négatifs d'analyses effectuées enlaboratoire s'élève à 1665, relève-t-on de même source. Ce qui porte le nombre global de tests de dépistage réalisés au Maroc à 2115.

Dans ses multiples appels lancés aux citoyens, via tous les moyens de communications, le ministère insiste sur le respect par tous des règles d'hygiène et de sécurité sanitaire, ainsi que sur les mesures préventives prises par les autorités marocaines, en faisant preuve de responsabilité et de sens du patriotisme.

Le coronavirus SARS-CoV-2 continue sa progression dans le monde. Près de 667.100 cas de contamination avérés au Covid-19, dont au moins 31.412 décès, sont officiellement déclarés dans 183 pays et territoires depuis l'apparition de la pandémie en décembre en Chine, selon un décompte de l'AFP, ce dimanche 29 mars à 10H00 GMT.

Second pays le plus endeuillé au monde par la pandémie avec 6.528 morts, l'Espagne a enregistré 838 décès supplémentaires ces dernières 24 heures, un nouveau record quotidien. Le nombre de cas confirmés atteint ce dimanche 78.797, en progression de 9,1% en un jour.

Le bilan aux Etats-Unis, qui comptent le plus grand nombre de cas au monde, a dépassé hier, samedi 28 mars 2020 les 2.190 morts, parmin lesquels se trouve un bébé de moins d'un an.

En Italie, des bons alimentaires vont être distribués aux plus vulnérables économiquement, dans un pays très touché par la mise à l'arrêt de l'activité économique.

Avec 10.023 morts dont 889 comptabilisés en 24 heures, l’Italie concentre à elle seul près du tiers des décès dans le monde liés au nouveau coronavirus.

Au Royaume-Uni, où la barre des 1.000 morts a été franchie, les autorités ont prévenu, dans une lettre adressée aux 30 millions de foyers britanniques, que la situation allait "s'aggraver avant de s'améliorer" et appelé au respect des règles de confinement.

La progression du coronavirus sur le continent africain suscite de grandes inquiétudes. Aux micros de RFI et de France 24, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a fait part, vendredi 27 mars, de ses craintes pour le continent africain, où la propagation du virus pourrait faire des millions de morts et de personnes infectées et conduire à une mutation du virus qui provoquerait des ravages dans le monde, y compris dans les pays du Nord.

Pour Antonio Guterres, «l’Afrique doit être la priorité de la communauté internationale» car les capacités de réponse au virus sont faibles. Il plaide pour «un investissement massif» dans des tests de dépistage, des respirateurs, des masques et des blouses pour protéger les personnels de santé. «Ça doit être une priorité absolue car il est encore temps, à mon avis, d’éviter le pire, estime le secrétaire général de l’ONU. Mais sans cette mobilisation gigantesque, je crains qu’on ait en Afrique des millions et des millions de personnes infectées».

Et le secrétaire général de l'ONU de tirer la sonnette d’alarme en affirmant qu’avec une dissémination «sans limite comme celle-là, les risques de mutation sont plus grands. Et s'il y a une mutation, alors tout l’investissement que nous sommes en train de faire pour les vaccins sera perdu et la maladie reviendra du Sud vers le Nord. C’est dans l’intérêt des pays du Nord de faire cet investissement en Afrique».

Par Mehdi Heurteloup
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous