Filinfo

Autres

Dopage à la cocaïne en Algérie, une longue histoire

© Copyright : DR
Qu’est-ce qui ne tourne pas rond dans le football algérien? Après les scandales de corruption qui gangrènent le championnat local, c’est au tour du dopage à la cocaïne de défrayer la chronique chez nos voisins de l’Est.
A
A

Chaque semaine apporte son lot de scandales dans le football algérien. Il y a quatre jours, le joueur du Mouloudia Club d'Alger, Hichem Chérif-El Ouazzani, a écopé de 4 ans de suspension par la Fédération algérienne de football (FAF) pour consommation de cocaïne.

À lire aussi: 4 ans de suspension pour l’Algérien dopé à la cocaïne

Le fils de l’ancien international algérien Tahar Chérif El-Ouezzani, champion d’Afrique avec les Verts en 1990, a été contrôlé positif lors d'un contrôle anti-dopage après son match contre le CR Belouizdad, disputé le 17 janvier dernier.

Un incident, qui a soulevé un véritable tollé au pays des Fennecs, déjà frappé de plein fouet ces dernières années par des affaires de corruption.

À lire aussi: Algérie: le public dénonce la corruption

“Le joueur a reconnu les faits relevés à son encontre, et regretté d’avoir consommé ce produit interdit, il a déclaré qu’il n’avait aucune intention du dopage, au moment où il a pris la chicha à la veille du match en compagnie de ses amis, il a affirmé également qu’il n’a pas été conscient que ce produit interdit avait été mélangé au tabac. Il a indiqué qu’il avait cessé de fumer dès qu’il a senti son mauvais goût et il a commencé à tousser”, indiquait la Ligue de football Professionnel (LFP) dans un communiqué.

Pourtant, ce n’est pas la première fois en Algérie qu’un joueur de football est contrôlé positif à la cocaïne. Lors de la saison 2015-2016, Youcef Belaïli (ES Tunis) et Rafik Boussaïd (RC Arbaâ), ont été suspendus pour 4 ans après avoir été contrôlés positifs à la cocaïne.

En janvier 2016, Kheireddine Merzougui, attaquant du MC Alger, a été contrôle positif à methylhexanamine et a écopé également de 4 années de suspension.

Devant ses scandales à répétition, la fédération algérienne et son président controversé Kheireddine Zetchi, sont aux abonnés absents. Un silence qui tue, peu à peu, le foot vert et blanc.

 

 

 

 

Par Mohamed Yassir
A
A

Tags /


à lire aussi /

Autres Fait-divers
Autres Fait-divers

Raja, Angleterre, États-Unis… les plus gros scandales de pédophilie dans le sport

Autres Raja
Autres Raja

Une école vire de jeunes joueurs du Raja

Autres Algérie
Autres Algérie

Scandale au Comité olympique algérien


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Non, il ne faisait pas “trop chaud” à Doha

Gullit ne comprend rien aux Marocains

Kiosque

Le coach «local» remonté contre Vahid

Les matchs en retard plombent la Botola

Verdict définitif ce jeudi sur WAC-EST

Belle leçon anglaise contre le racisme

Sursaut attendu lors du 4e match de Vahid

Tacle appuyé ce Banatia contre les Lions

L’USM Alger, sans le sou, jette l’éponge

Neymar ou l'éternel blessé

Le rapport financier du Raja serait erroné

Les Lions de l’Atlas célébrés à Oujda