Filinfo

Botola

Et si on interdisait les 0-0?

© Copyright : DR
Les matchs nuls, et plus particulièrement les 0-0, sont une plaie qui fait beaucoup de mal au football marocain. Un jour ou l’autre, il faudra les interdire!
A
A

Le dernier derby casablancais a accouché d’une souris. Jouant sans public, libérées de toute pression, les deux équipes se sont quittées sur un triste 0-0 des familles. Pas de but marqué, ni vainqueur, ni vaincu, c’est comme si le match n’avait pas été joué. Quel gâchis!

Et pourtant les deux équipes jouent au coude-à-coude pour le titre, à quelques matchs du terme de la saison. Chacune avait absolument besoin des trois points pour distancer son adversaire, voire l’éliminer de la course. Sans compter que Berkane, en embuscade, venait de prendre les trois points, se rapprochant dangereusement de la tête du classement : raison de plus, et motivation supplémentaire, pour pousser le Raja et le Wydad à prendre les trois points.

Il n’en fut rien. Pire, ni le Wydad ni le Raja n’ont donné l’impression de réellement chercher la victoire. Comment justifier ce manque d’ambition? Comment expliquer l’inexplicable?

Dès les premières minutes, on avait compris. Les deux équipes allaient chercher le nul. C’est une question de mentalité. Au Maroc, nous avons encore des équipes qui jouent le nul, qui cherchent le 0-0. C’est extraordinaire.

Pourquoi extraordinaire? Parce que le derby le plus suivi au Maroc continue d’être joué dans l’esprit «non à la défaite» au lieu de «la victoire ou rien». Ce qui compte, c’est avant tout de ne pas perdre (le match et la face), et de préférence de ne pas prendre de but. D’où le nombre record de matchs nuls et de 0-0.

La FIFA a changé la règle des points (3 pour la victoire, 1 pour le nul) dans les années 1990, dans le but d’encourager le jeu offensif et d’éviter autant que possible les nuls. Depuis, quand une grande équipe se contente d’un nul, elle sait qu’elle n’a pas gagné un point mais qu’elle vient d’en perdre deux.

Mais les deux géants casablancais continuent de faire comme si ce changement majeur n’avait jamais eu lieu. Leur mentalité n’a absolument pas évolué. Ils jouent d’abord pour le nul. Pourquoi ne vont-ils pas chercher la victoire? Pour ne pas risquer de perdre sur un contre.

Jeudi dernier, on a eu une parfaite illustration de cette règle absurde. C’est dommage parce que, tour à tour, le Wydad, ensuite le Raja, avaient la possibilité de tuer le match et de prendre les 3 points.

3 points, ça veut dire prendre une option sur le titre. Mais, même cette motivation n’a pas suffi pour que les deux équipes lâchent le frein à main et jouent leur va-tout. 

C’est dommage pour le spectacle…mais aussi pour les deux clubs. Nous avons vu que Berkane a profité du nul pour se rapprocher de la tête du classement. Et si le Raja, incontestablement la meilleure équipe de ce championnat, en venait dans quelques semaines à lâcher ce titre qui lui tend les bras, ce sera très probablement à cause des deux points abandonnés lors de ce pauvre 0-0!

Par Footix marocain
A
A

Tags /


à lire aussi /

Botola On refait le match
Botola On refait le match
Botola On refait le match

Vivement la reprise de la Botola!


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous