Filinfo

Botola

Vidéo. Raja: le grand coup de gueule de la légende Saïd Ghandi

Dans un entretien pour Le360sport, Saïd Ghandi ne cache pas son amertume quant à la situation actuelle de son club mère, le Raja de Casablanca. L’ancien international et l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du club mais aussi du Maroc regrette que joueurs et dirigeants «n’aient pas conscience de la valeur du Raja».

Comme tant de fans et d’anciens du Raja, Saïd Ghandi est très mal en point à la vue de la situation actuelle du club. Les résultats guère reluisants de l’équipe et ses interminables problèmes de gestion le font sortir de ses gonds, lui qui est pourtant connu pour son calme légendaire.

«Il faut le reconnaitre en toute sincérité: le Raja a beaucoup déçu les espérances de son public. Le club est devenu méconnaissable. Et je regrette de le dire: les joueurs qui portent actuellement les couleurs du Raja donnent l’impression de ne pas être conscients de la valeur de ce grand club», déclare l’ancienne légende des Verts devant Le360sport.

«Les dirigeants du Raja doivent faire très attention à l’image du Raja. Car il ne s’agit pas d’un simple club, mais d’un grand club qui représente le Maroc à l’international et défend les couleurs nationales. Cette saison sera blanche pour l’équipe, et je dis aux supporters déçus comme moi de s’armer de patience», ajoute-t-il avec amertume.

Lire aussi: Vidéo. Ness-Ness avec Said Ghandi, une légende du foot marocain

Saïd Ghandi se réjouit de la victoire de la Renaissance sportive de Berkane en Coupe de la CAF. Un succès qui, pour lui, est synonyme d’un travail de fond et d’une gestion réfléchie.

Et l’ancien Vert d’espérer une victoire du Wydad de Casablanca en finale de la Ligue des champions contre Al Ahly pour, dit-il, «nous ramener de la joie à Casablanca et au Maroc en général».

Pour rappel, Saïd Ghandi est né le 16 août 1948 à Derb Sultan, le fief du Raja. Entre 1964 et 1979, il a défendu les couleurs des Verts plus de 300 fois et inscrit 148 buts. Il a été aussi sélectionné en équipe nationale entre 1966 et 1974. Il est considéré comme l'un des meilleurs ailiers droits de l’histoire du football national.

Par Ilyas El Battahi et Khalil Essalek
A
A

Tags /


à lire aussi /

Botola Raja-AS FAR
Botola Raja de Casablanca

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous