Filinfo

Botola

Y a-t-il quelqu’un pour sauver la Botola du ridicule?

© Copyright : DR
Depuis la reprise de la Botola, le Raja a joué 7 matchs, alors que l’Ittihad de Tanger n’en a disputé aucun. Incroyable!
A
A

Cela fait un peu plus d’un mois que le football a repris au Maroc, depuis le 27 juillet très exactement. Le bilan n’est pas fameux. Il est même tout le contraire: proche du néant.

En Botola Pro 1, et en dehors du Raja, c’est la crise générale. Toutes les équipes font du surplace, multipliant les nuls et engrangeant un nombre minimal de points. Le nombre de buts marqués est d’ailleurs très faible (moins de deux par match, ce qui est inférieur à la moyenne annuelle), le jeu est haché, avec peu de rythme et beaucoup de fautes et d’arrêts de jeu.

Qu’est-ce que cela veut dire? Réponse simple et courte: à l’exception du Raja de Casablanca, aucune équipe n’a bénéficié d’une bonne préparation physique et surtout mentale. Les joueurs semblent perdus, l’esprit ailleurs, pensant uniquement à défendre et à «tuer le temps» en attendant la fin du match.  

Par rapport à ce qu’on avait pu voir avant le confinement, la différence est énorme. Nous arrivons à présent à la 26ème journée et combien d’équipes ont joué 26 matchs? Une seule équipe: le Youssoufia de Berrechid! Incroyable, non?

En dehors du leader (Raja) et de la lanterne rouge (Béni Mellal), qui sont réellement à leur place et le resteront même après avoir épuré tous les matchs en retard, aucune équipe ne connait aujourd’hui son classement véritable. C’est assez flippant. Et ce n’est pas tout.

Avec les reports à la pelle, personne ne sait quand et où il jouera le prochain match. C’est ubuesque. Parce qu’on ne prépare pas de la même manière un match à domicile ou à l’extérieur, contre un prétendant au titre ou une équipe du bas de tableau. Et on ne se prépare pas de la même manière si l’on joue demain ou dans deux semaines. C’est le b.a.-ba du foot qui est ainsi bafoué.

Savez-vous, par exemple, qu’une équipe comme l’Ittihad de Tanger n’a toujours pas disputé le moindre match depuis la reprise! Tantôt c’est la ville du Détroit qui est «bouclée» pour raisons de santé, tantôt ce sont les joueurs de l’IRT ou ceux de l’équipe d’en face qui sont diagnostiqués positifs au Covid-19. Résultat: zéro match pour les Tangérois!

Dans quel état d’esprit doivent être aujourd’hui les joueurs de l’IRT? Quel est leur situation mentale et physique? Ont-ils encore les jambes, et la tête, pour reprendre la compétition? A ce rythme, ce n’est plus la relégation que le club du Détroit risque, mais un forfait général.

Tenez, un petit chiffre qui résume le jeu de massacre qu’est devenue la Botola. Question: pendant que Tanger était réduit au chômage, combien de matchs une équipe comme le Raja a-t-elle pu disputer depuis la reprise? Réponse: 7, oui 7, vous avez bien lu! Avant la reprise, l’IRT comptait 5 matchs de plus que le RCA, à présent c’est le RCA qui compte deux matchs de plus.

Voilà la situation complètement absurde à laquelle nous sommes arrivés. Alors vivement que cette saison irréelle se termine…et bon courage à Tanger qui a tant de matchs à disputer sans savoir quand, ni comment!

Par Footix marocain
A
A

Tags /


à lire aussi /

Botola Botola
Botola Renaissance sportive de Berkane
Botola Renaissance sportive de Berkane

Plus aucun cas positif au coronavirus à la RSB


2 commentaires /

  • haddouche
    Le 31 Aug. 2020 à 11h25
    Le botola doit être arrêté jusqu’à que la situation sanitaire soit sous contrôle. C'est une honte que le botola continue d’être joué et une preuve de l’incompétence de nos dirigeants.
  • NABIL ELAMINE
    Le 31 Aug. 2020 à 10h39
    Bonjour,
    Oui bien-sûr LE RIDICULE LUI MÊME
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous