Filinfo

Foot

Coupe de la CAF: qualification de la RSB et défaite de l’arbitrage

© Copyright : DR
Kiosque360. La Renaissance Berkane s’est qualifiée pour la finale de la Coupe de la CAF aux dépens du Hassania d’Agadir (2-1). Un match qui a laissé un goût amer dans la capitale du Souss.
A
A

La Renaissance de Berkane a éliminé le Hassania d’Agadir en demi-finale de la Coupe de la Coupe de la CAF (2-1) et se hisse en finale pour la deuxième année consécutive. Un match de très bonne facture, malgré un arbitrage qui a fait couler beaucoup d’encre, indique le quotidien Al Massae du 21 octobre. 

Le Hassania a disputé la rencontre malgré l’absence de 7 de ses cadres qui ont contracté le Covid-19. Pourtant, la commission des urgences de la Confédération africaine de football a maintenu la rencontre en arguant que le HUSA dispose de 11 joueurs titulaires et 3 remplaçants.

Le club de l’Oriental, qui a bien démarré la rencontre, obtient un pénalty transformé par le capitaine Mohamed El Aziz à la 20e minute. Le Hassania d’Agadir a réagi en parvenant à égaliser par le biais d’Imad El Kimaoui oublié par la défense de la RSB (30e). 

En seconde mi-temps, le club de Berkane multiplie les offensives et réussit à marquer un but grâce à Mouhcine Yajour. Un pion refusé par l'arbitre qui deviendra la star de la rencontre à la 61e minute, quand il sifflera un pénalty en faveur de Berkane, transformé encore une fois par Mohamed Aziz.

Une décision longuement contestée par les joueurs du Hassania qui ont demandé à l’arbitre d’aller voir la VAR, mais ce dernier est resté inflexible.

Les réactions contre la décision de l’arbitre congolais Ndala Ngambo ont fusé de toute part. A commencer par le président du club du Souss, Lahbib Sidinou qui a qualifié l’arbitrage de scandaleux. “L’arbitre n’a pas eu recours à la VAR pour écarter le doute sur une action litigieuse inexistante. L’arbitrage a encore une fois avorté notre rêve d’accéder en finale”, a pesté le président du HUSA, selon des propos rapportés par Al Massae.

Même son de cloche du côté de l’entraîneur gadiri, Mohamed Ouchrif, pour qui son effectif n’a pas été servi par le désavantage de l’égalité des chances. En effet, Ouchrif s’est estimé lésé par l’obligation de jouer ce match alors que l’équipe a été décimée par le nombre d’infections qui ont touché le gardien et toute la charnière défensive. Une injustice qui s’est poursuivie selon Ouchrif par un penalty très discutable, informe le quotidien Al Massae

Enfin, la Renaissance de Berkane affrontera en finale les Egyptien de Pyramids FC le 27 octobre à Rabat.

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot TAS de Casablanca
Foot Coupe de la CAF
Foot TAS de Casablanca

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous