Filinfo

Foot

29 ans après, la formidable aventure des Fennecs

© Copyright : DR
Ll'Algérie s'est qualifiée pour la troisième finale de CAN de son histoire en battant le Nigeria en toute fin de match (2-1). Sous la houlette de Djamel Belmadi et portés par un Riyad Mahrez étincelant, les Fennecs reverdissent au meilleur moment.
A
A

Hier, alors que le match Algérie-Nigeria se dirige vers la prolongation, les Fennecs obtiennent un coup franc très bien placé aux abords de la surface adverse après une faute de Ndidi sur Bennacer. On joue alors la 94e minute de cette demi-finale intense, tout le monde retient son souffle. Riyad Mahrez s'élance, brosse son ballon du pied gauche et loge la sphère au fond des filets d'Akpeyi, impuissant. Les Verts explosent de joie, 29 ans après leur seule victoire dans le tournoi, ils retrouvent la finale de la Coupe d'Afrique des Nations.

​Marhez le talisman
Il était très attendu, il a répondu présent. Riyad Mahrez, champion d'Angleterre avec Manchester City, est la star des Fennecs. Adulé en Algérie, il a été le grand maître d'oeuvre de la qualification historique pour la finale. En première péridode face au Nigeria, ses dribbles puis son centre ont poussés les défenseurs adverses à la faute, plaçant l'Algérie en tête. En fin de match, au bout du temps règlementaire, Il n'a pas tremblé au moment de faire basculer les siens dans le bonheur d'une qualification pour la finale. Son merveilleux coup-franc restera à coup sûr comme un des moments forts de cette CAN 2019.

Depuis le début du tournoi, le capitaine assume parfaitement son rôle et son statut. Impliqué dans la plupart des occasions de son équipe, il s'était déjà illustré en marquant contre le Kenya et la Guinée. Leader sur et en dehors du terrain, il a fait basculer tout un peuple dans une autre dimension.

Belmadi le magicien
Cela ne fait même pas un an qu'il est arrivé à la tête de la sélection algérienne et déjà, Djamel Belmadi fait des merveilles. Nommé le 2 août 2018, le patron des Fennecs a réussi en quelques mois là où ses prédecesseurs ont échoué: Il a redonné une âme et de l'ambition à une sélection qu'on croyait perdue.

Depuis leur belle Coupe du Monde 2014 et le huitième de finale perdu contre l'Allemagne futur championne, l'Algérie était entrée dans une péridode sombre. Sortie en quarts de finale de la CAN 2015, les Verts n'ont pas dépassé la phase de poules en 2017, et n'ont pas participé au Mondial 2018. Une traversée du désert qui semble loin désormais. 

Pragmatique et ambitieux, Djamel Belmadi a su rapidement imprimer sa patte à un groupe qu attendait un guide. Intransigeant quand il est question d'implication dans le travail, il sait aussi être proche de ses joueurs, à qui il accorde une grande confiance. S'il peut s'appuyer sur les nombreuses individualités qui composent son groupe, le sélectionneur algérien loue le sacrifice et la solidarité, sans s'embarasser des statuts des uns et des autres. 

Homme de convictions, il n'a pas hésité à reléguer l'un de ses meilleurs joueurs, Yacine Brahimi, sur le banc, au profit de Youcef Belaili, et maintient contre vents et marées son attaquant Baghdad Bounedjah, parfait exemple de l'abnégation qu'il attend de ses joueurs. Pourtant le joueur d'Al Sadd, peu en réussite dans cette CAN, a manqué un penalty en quart de finale contre la Côte d'Ivoire.

Les Fennecs en mission
Alors que l'Algérie vit depuis des mois au rythme des manifestations contre le pouvoir en place, l'aventure des Fennecs en Égypte prend une tournure qui dépasse le cadre sportif. Des supporters se d'ailleurs sont servis de la CAN pour diffuser le message phare du mouvement de contestation: "Yetna7aw ga3" (Qu'ils partent tous!) 

Les résultats obtenus par les hommes de Belmadi dans cette Coupe d'Afrique donnent des ailes à leurs compatriotes qui attendent une apothéose avec une victoire en finale contre le Sénégal.

À l'image de sa sélection qui revient au premier plan, le peuple algérien aspire au renouveau. "Il y a telement de monde qui sort à l'unisson que le peuple doit être entendu et que les revendications soient prises en compte, et qu'on fasse en sorte que les choses changent et évoluent (...) je suis très heureux d'une chose, c'est de voir à quel point on est capables de se mobiliser, mais tout en étant bien organisés, disciplinés, et de voir une unité", déclarait en mars Djamel Belmadi.

Vendredi, jour de contestation, les Fennecs ont une mission, ramener la CAN à la maison, 29 ans après la seule victoire de l'Algérie dans cette compétition. Tout un symbole.

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Algérie
Foot Algérie

Zidane chez les Fennecs, ça se précise

Foot Algérie
Foot Algérie

Annoncé sur le départ, Djamel Belmadi reste avec les Fennecs

Foot Algérie
Foot Algérie

Ouaddou bientôt avec les Fennecs?


1 commentaires /

  • bebel
    Le 16 Jul. 2019 à 09h26
    Belle prestation en effet depuis le début du tournoi.Félicitations au journaliste auteur de l'article qui est resté objectif.Souhaitons que nos frères marocains aient plus de réussite dans la qualification au mondial 2022.Ils le méritent largement.
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Vive l'Algérie!

Khawa Khawa

Les femmes aux fourneaux, les cons à la radio

Et merde!

Par ici la baballe: on ne s’en foot plus!

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

FRMF et ministère des Sports dans l’impasse

Jebor pousse le Wydad à saisir la FIFA

C’est parti pour les Jeux africains

Au Real, il n'y a plus qu'une seule place

Le staff de Vahid bientôt dévoilé

La Botola a un vice de programmation

Vahid vise le trophée de la CAN 2023

Özil s’entraîne sous haute protection

Les fédérations sportives se restructurent

Meknès sans stade, à cause de son maire