Filinfo

Foot

EST-WAC: voici ce que Youssef Chahed a dit à Ahmad Ahmad

© Copyright : DR
Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, serait derrière la décision de proclamer l’Espérance de Tunis championne d'Afrique aux dépens du Wydad, suite au scandale de la finale de Radès. Détails.
A
A

Nouvelles révélations sur la scandaleuse finale retour de Ligue des Champions de la CAF, qui a opposé le 31 mai dernier l’Espérance Sportive de Tunis au Wydad de Casablanca.

Au terme d’une interruption qui aura duré plus d’une heure et demie, la Confédération africaine de football a décidé de proclamer le club tunisien champion et Ahmad Ahmad, patron de l’instance panafricaine, a remis le trophée au chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed.

À lire aussi: EST-WAC: la FIFA doit-elle sanctionner la Tunisie?

Ce dernier, serait, à en croire l’hebdomadaire Jeune Afrique, derrière cette décision de la CAF. 

Selon les sources du média, Youssef Chahed aurait dit à Ahmad Ahmad de remettre la Coupe aux Sang et Or pour éviter un soulèvement du public local: “Quitte à rejouer le match plus tard, remettez la coupe à l’Espérance, sous peine de provoquer un soulèvement incontrôlable dans les tribunes”, aurait conseillé Chahed au patron de la CAF, rapporte Jeune Afrique.

Cinq jours plus tard, le comité exécutif de la CAF, réuni en urgence à Paris, a décidé de faire rejouer la finale retour en dehors du territoire tunisien et exigé de l’Espérance qu'elle restitue au secrétariat général de la Confédération africaine de football le trophée et les médailles.

À lire aussi: Youssef Chahed, le témoin qui n’a rien vu

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Confédération africaine de football
Foot Ligue des champions

1 commentaires /

  • Farid
    Le 13 Jun. 2019 à 14h54
    Si c'est une information qui est fondée, elle est inquiétante à deux égards. D'abord sur l'instabilité de l’État tunisien 8 ans après son printemps. Impensable du temps de Benali. On n'a ni une vraie démocratie ni la stabilité d'un régime plus autoritaire. La deuxième chose c'est une ingérence du politique dans les affaires sportives dont l’Afrique n'arrive pas à se débarrasser. Et les pays qui respectent honnêtement les règles, le font à leur dépens, puisque les autres "trichent". C'est une autre forme du sous-développement de notre continent.
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous