Filinfo

Foot

Exclu360. Luis Fernandez: “Le foot marocain doit relever la tête”

© Copyright : DR
En exclusivité pour Le360 Sport, Luis Fernandez décortique la CAN 2019. Il nous parle du niveau de cette 32e édition, de la finale Algérie-Sénégal, de l’échec des Lions et ne ferme pas la porte à une éventuelle arrivée au Maroc.
A
A

Le360 Sport: Vous êtes consultant pour beIN Sports pendant la CAN. Comment vous avez trouvé le niveau de cette édition?
Luis Fernandez: Ce n’est pas la meilleure Coupe d’Afrique des Nations de l’histoire. Contrairement aux années précédentes, la CAN s’est jouée en fin de saison. Une saison longue, difficile et éprouvante pour les joueurs, qui sont arrivés en Égypte épuisés. Lors des anciennes éditions qui se disputaient en janvier, le niveau de jeu était bien meilleur. Et autre point noir de ce tournoi égyptien: les stades vides. À l’exception des rencontres du pays hôte, les gradins étaient presque vides. Dommage!

L’Algérie et le Sénégal sont de belles équipes. Est-ce la finale idéale?
C’est une belle finale. Au vu de la prestation de l’Algérie tout au long de la compétition, je dirai que c’est un finaliste logique. On sent que Djamel Belmadi a apporté sa patte et changé énormément de choses. Il a créé un groupe avec un état d’esprit remarquable que ce soit au niveau de l’engagement, de la disposition, du replacement et dans le jeu. Il a réussi à fédérer ses joueurs autour de son projet.

Le Sénégal, pour sa part, n’a pas brillé par la qualité de son jeu. Grâce à l’expérience de certains de ses joueurs, cette équipe a réussi à se hisser jusqu’en finale. J’attends ce match avec impatience pour voir si Sadio Mané va briller, lui qui est un sérieux prétendant pour le Ballon d’Or après son succès avec Liverpool en Ligue des Champions.

Quel analyse faites-vous du parcours du Maroc en Égypte?
On attendait beaucoup de cette équipe marocaine, qualifiée pour la dernière Coupe du Monde et qui compte dans ses rangs des joueurs qui évoluent dans certains des plus grands clubs européens. Au moins qu’elle soit dans le dernier carré.

Mais quand on a de l’ambition, il faut le montrer. Et cela se déclare dans l’intensité et l’engagement dans le jeu. C’est vrai qu’une CAN n’est pas une Coupe du monde, et ça arrive de ne pas se donner à 100%. Résultat: les Lions de l’Atlas sont passés à côté de leur compétition et ça doit être frustrant. Mais ce n’est pas la fin du monde. Il ne faut pas baisser les bras, mais plutôt se remettre au travail et se préparer aux prochaines échéances, la CAN 2021 et le Mondial 2022. Le football a suffisamment d’arguments pour se relever et repartir de l’avant.

Bousoufa et Da Costa Lions CAN 2019
© Copyright : DR

Selon vous, quelles sont les raisons de cet échec?
Je suis toujours contre l’idée de choisir un bouc émissaire après les échecs. C’est un échec collectif, tout le monde a sa part de responsabilité. Ils ont raté le match qu’il ne fallait pas rater et se sont fait surprendre.

Votre dernière expérience en tant que coach remonte à 2016, le banc vous manque-t-il?
Je ne vous le cache pas le banc me manque. Je suis un passionné, quelqu’un qui aime être au contact avec un groupe, qui aime échanger. Je m’intéresse au jeu, aux nouvelles méthodes, aux schémas de jeu.  Oui j’ai envie de revenir sur un banc. Et si ce n’est pas en tant que coach, ça pourrait être pour un autre challenge, dans une structure sportive professionnelle.

La saison dernière, vous étiez le directeur sportif du centre de formation du PSG, le poste de DTN du Maroc, pourrait être idéal pour vous, non?
La base du football d’aujourd’hui est la formation. Les clubs professionnels et les sélections l’ont compris. Il y a beaucoup de choses à développer et à mettre en place. Mais c’est un travail de tous les jours. J’ai eu l’occasion de travailler avec les jeunes au Paris Saint-Germain. Ils sont assez fragiles et pour les accompagner il faut leur donner de la force. Il faut savoir tenir un discours qui soit louable et juste pour qu’ils puissent progresser.

Les Qataris, que ce soit au PSG ou à beIN, doivent bien vous rémunérer. La FRMF, malgré tous les moyens dont elle dispose, risque de ne pas pouvoir s’aligner…
L’argent n’a jamais été ma principale source de motivation. C’est clair que chaque travail exige une rémunération en contrepartie, mais j’ai refusé de nombreuses sollicitions avec des offres financières très conséquentes. Ce qui m’importe le plus est le projet qu’on me propose. Un projet dans lequel je peux apporter quelque chose.

Luis Fernandez et les jeunes du PSG
© Copyright : DR

Connaissez-vous le championnat marocain?
Je suis de temps en temps la ligue marocaine. Ils ont de grands clubs, qui participent régulièrement aux compétitions africaines, Raja, Wydad. Il y a beaucoup de passion et les stades sont toujours pleins.
J’ai eu également l’occasion d’assister à un match de la Renaissance de Berkane. J’ai également visité le club du FUS et l’académie Mohammed VI. Le Maroc dispose d’infrastructures sportives extraordinaires.

Et si un club marocain se manifeste un jour, on pourrait vous voir sur un banc de Botola?
Oui, ça pourrait se réaliser. J’ai donné mon feu vert à un ami, El Mahdi Taïb, pour prospecter et voir s’il y a d’éventuelles opportunités pour moi. Personnellement, j’étudie toutes les propositions qui s’offrent à moi. Si le projet m’intéresse, je ne dirai pas non.

Par Adil Azeroual
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Interview
Foot Interview

Vidéo. En larmes, José Mourinho déclare que le foot lui manque

Foot Lions de l'Atlas
Foot Lions de l'Atlas

Vahid Halilhodžić a-t-il raison de ne pas convoquer Hamdallah?

Foot Lions de l'Atlas
Foot Lions de l'Atlas

Pourquoi Vahid n’a pas convoqué Hakimi, Mazraoui et En-Nesyri


1 commentaires /

  • bouchareb
    Le 18 Jul. 2019 à 15h28
    aprés la debacle du caire,il est primordial de faire appel a des coachs nationaux qui sont compétents et experimentés,d ailleurs la finale algerie sénegal le demontre clairement que les deux coachs sont du terroir algerien et senegalais,de meme il faut toujours faire ppel aux joueurs locaux qui sont plus aptes que d autres.
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Vive l'Algérie!

Khawa Khawa

Les femmes aux fourneaux, les cons à la radio

Et merde!

Par ici la baballe: on ne s’en foot plus!

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

FRMF et ministère des Sports dans l’impasse

Jebor pousse le Wydad à saisir la FIFA

C’est parti pour les Jeux africains

Au Real, il n'y a plus qu'une seule place

Le staff de Vahid bientôt dévoilé

La Botola a un vice de programmation

Vahid vise le trophée de la CAN 2023

Özil s’entraîne sous haute protection

Les fédérations sportives se restructurent

Meknès sans stade, à cause de son maire