Filinfo

Foot

Le destin africain du Raja et du WAC entre les mains du coronavirus

Une séance d'entraînement du WAC sous la houlette de Juan Garrido. © Copyright : DR
Kiosque360. Le Raja et le Wydad attendent d’être fixés sur le sort de leurs demi-finales respectives en Ligue des champions d’Afrique. La commission d’urgence de la CAF attend un rapport que lui présentera la commission médicale avant de trancher.
A
A

Le Raja et le Wydad de Casablanca vont-ils jouer leurs demi-finales de Ligue des champions respectivement contre le Zamalek et Al Ahly du Caire en mai comme prévu? Rien n’est moins sûr, surtout que la pandémie de coronavirus continue de se propager aussi bien au Maroc qu’en Egypte, où devront justement se dérouler les matchs du dernier carré de la prestigieuse compétition continentale, estime Al Ahdath Al Maghribia dans sa livraison du mardi 31 mars.

Pour savoir si ces matchs vont avoir lieu à la date prévue, il faudra attendre l’avis de la commission médicale de la Confédération africaine de football (CAF). Celle-ci se rendra en Egypte et au Maroc pour vérifier de près l’état d’avancement de la pandémie de coronavirus dans ces deux pays et voir si les matchs de demi-finale pourront y avoir lieu. La commission médicale devra ensuite délivrer un rapport sur la question à la commission des urgences de la CAF.

Cette dernière a d’ailleurs préparé plusieurs scénarios dans le cas où il s’avère impossible d’organiser les matchs dans les deux pays d’Afrique du nord. Parmi les scénarios étudiés, la possibilité de faire jouer les confrontations en une seule rencontre et sur terrain neutre, probablement sur la pelouse du nouveau stade de Douala au Cameroun.

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Wydad de Casablanca
Foot Raja-Zamalek

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous