Filinfo

Foot

Lekjaa porte-voix de l'Afrique à la FIFA

© Copyright : DR
Kiosque360. Le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa, a fait l’objet d’un portrait dans un média ivoirien. Ce dernier a mis en avant ses réalisations, son réseau et son savoir-faire. Des atouts qui le qualifient à mieux défendre le football africain au sein de la FIFA.
A
A

Le site Ivoirien lepointsur.com a dressé, ce mardi 26 janvier, un portrait du président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa, candidat au Conseil de la FIFA.

Il en ressort que Lekjaa dispose d’une maîtrise des rouages du football continental en raison de son ascension spectaculaire au sein de la CAF. En effet, le patron du football marocain occupe plusieurs fonctions au sein des instances et commissions du football continental.

A son arrivée à la tête de la FRMF en 2014, il met en place une politique sportive ambitieuse axée sur trois piliers. Le premier est le développement des infrastructures. Aujourd’hui, le Maroc est doté des meilleurs stades en Afrique, eavec le Complexe sportif Mohammed VI de football, l’un des meilleurs centres au monde en termes d’infrastructures. 

Sur le plan du football national, Fouzi Lekjaa a déployé son talent de gestionnaire en tant que président de la Renaissance sportive de Berkane. Le club de l’Oriental se place, depuis son arrivée, dans le “Big Four” de la Botola.

Au niveau africain, la RSB a disputé deux finales de Coupe de la CAF dont une remportée l’an dernier contre le FC Pyramids (Egypte). Le club des Oranges fait même partie du top 10 des clubs africains selon le dernier classement de la CAF.

Sous son impulsion, quatre équipes marocaines engagées en 2020 en Ligue des Champions et en Coupe de la CAF se sont qualifiées pour les demi-finales, ce qui constitue une performance historique unique en Afrique, indique lepointsur.com.

Enfin, Fouzi Lekjaa a mis en place un projet ambitieux pour relancer le football féminin au Maroc en mettant en place une Ligue nationale de football féminin. Désormais, les joueuses ont des salaires minimums garantis et un contrat professionnel obligatoire puisque le budget du football féminin a été multiplié par 6, pour atteindre 5,8 millions d’euros. 

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous