Filinfo

Foot

Mortada Mansour met la pression sur la RSB

© Copyright : DR
Kiosque360. Fouzi Lekjaa a rejeté en bloc toutes les accusations de pression sur l’arbitre du match RSB-Sfax. Rappelant que le Zamalek est mal placé pour soulever cette question, Lekjaa propose d’ouvrir un débat sur la problématique de l’arbitrage en Afrique.
A
A

A la veille de la finale aller de la Coupe de la CAF entre le Zamalek et la RS Berkane, et face aux dernières accusations de Mortada Mansour, président du Zamalek, Fouzi Lekjaa, en tant que président de la Renaissance sportive de Berkane, a tenu à répondre du tac au tac..

Lekjaa n’y est pas allé par quatre chemins. «Si les preuves attestent d’une quelconque influence sur l’arbitrage lors de la rencontre de Berkane face au Club sportif sfaxien, la RSB se retirera de la finale la Coupe de la CAF», a expliqué d’emblée le président de la FRMF.

De plus, Lekjaa se dit prêt à ouvrir un débat sur la problématique de l’arbitrage en toute objectivité et neutralité, rapporte le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghirbia dans sa livraison du jeudi 16 mai. 

Le vice-président de la CAF propose ainsi d’ouvrir le débat sur l’arbitrage en Afrique, à condition de revenir à l’histoire pour voir qui a tiré profit de l’arbitrage durant les vingt dernières années, et qui était à la tête du comité d’arbitrage de la CAF.

«Nous savons tous que la Maroc n’a jamais profité de l’arbitrage. La preuve en est que l’équipe nationale et les clubs marocains ont toujours souffert lors de leurs participations aux différentes compétitions africaines», précise Lekjaa. Avant d’ajouter que la victoire de la RSB face au CSS est méritée et les accusations de Mortada Mansour, dont le club affrontera la RSB en finale, sont infondées.

Et pour revenir à l’incident de l’hôtel où résidait la délégation du CSS, Lkjaa a invité les sceptiques à prendre contact avec la direction de l’hôtel, pour connaître la vérité sur ce qui s’est réellement passé. En effet, l'alarme qui s'était déclenchée a été causée par la fumée d’une chicha.

«Je n’accepte pas les menaces, et je dis au président du Zamalek que le recours à ses méthodes de pression psychologiques est dépassé et n’est pas digne de la réputation d’un club comme le Zamalek», conclut Faouzi Lekjaa. Pour rappel, bien avant de s’en prendre à Lekjaa, le très bavard président du Zamalek a déjà traité Said Naciri de «sorcier», à la veille d’une match contre le Wydad.

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot FRMF
Foot FRMF

Salim Cheikh lorgne la présidence de la FRMF

Foot Espérance-Wydad
Foot Espérance-Wydad

La FRMF répond de façon fair-play aux Tunisiens

Foot Coupe de la CAF
Foot Coupe de la CAF

Quand la fédération éthiopienne se plaint de Lekjaa


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

Beni-Mellal investit dans le football

L'Affaire Hamdallah, dieu merci, est close

La CAF adopte le nouvel arbitrage

José Mourinho n’a plus la cote

Une CAN juteuse pour qui ira loin

Le Wydad en stage à Monastir?

La CAF inquiète après le décès de Morsi

Nasser al-Khelaïfi parle de Neymar et Mbappé

Le moral des Lions de l'Atlas inquiète

Ahmed Ahmed rassure sur la CAF