Filinfo

Foot

Vahid Halilhodzic, le souvenir d'un sélectionneur méritant et forte tête

© Copyright : DR
C'est terminé. A 70 ans, Vahid Halilhodzic quitte la sélection nationale, à trois mois de la Coupe du Monde 2022. Quel bilan dresser de son ère qui aura duré près de trois ans?
A
A

Vahid Halilhodzic n’est plus sélectionneur national. Le technicien franco-bosniaque a été remercié ce jeudi 11 août après une séparation à l’amiable, tel que l’annonce la Fédération royale marocaine de football (FRMF).

Arrivé le 15 août 2019 à la tête des Lions de l’Atlas, en succession à Hervé Renard, Vahid Halilhodzic laisse l’image d’un entraîneur symbole du renouveau de l’EN après le fiasco de la CAN 2019, engagé au niveau de la discipline mais miné par de nombreux conflits.

Coach Vahid avec le Maroc, c’est 20 victoires, 7 nuls et 3 défaites. En termes de points récoltés par rencontre, il fait notamment mieux que son prédécesseur, avec (2,2 points contre 1,8 pour Renard).

Priorité aux jeunes!

Sa nomination est arrivée quelques semaines après la douloureuse élimination en huitième de finale de la Coupe d’Afrique des Nations Égypte 2019 face à une modeste équipe du Bénin. Une élimination qui scelle le sort de nombreux cadres dont les Benatia, El Ahmadi, Dirar et autre Boussoufa.

D’autres, comme Younès Belhanda sont toujours à disposition, mais Vahid Halilhodzic semble déjà focalisé sur son objectif: offrir une cure de jouvence à la sélection nationale.

Il se tourne alors vers des profils divers et variés (Ounahi, Chair, Mmaee, Amallah...) et voilà que le visage de l’EN est changé. Coach Vahid décèle le potentiel de l’improbable paire Mmaee-El Kaabi, et n’hésite pas à mette certains habitués sur la sellette.

En croisade contre la «Chicha» et les «soirées arrosées», il prône la sacralité de l’Équipe nationale, qui se veut «au dessus de tous». Quitte à susciter de l’animosité auprès de certains supporters, acquis à Hakim Ziyech, Abderrazak Hamdallah et autres Amine Harit.

Le mondial passe, la CAN trépasse

La plus belle réalisation de Vahid Halilhodzic demeure certainement la qualification des Lions de l’Atlas à leur deuxième mondial de rang. Après une double confrontation avec la RDC (1-1, 4-1), les coéquipiers de Romaïn Saïss accèdent avec la manière à la Coupe du Monde qatarie (20 novembre-18 décembre).

Le Franco-bosniaque est érigé en héros, mais un souvenir amer reste impérissable: l’élimination dès les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations Cameroun 2021, face au futur vice-champion égyptien.

Sans identité de jeu, souvent en difficulté, parfois méconnaissables, les Lions sont giflés par des Pharaons plus fort, plus expérimentés. Vahid Halilhodzic est alors le premier à être pointé du doigt, deux ans et demi après son arrivée. Il sera pourtant maintenu.

Mais cette élimination ne reflète-t-elle pas le niveau réel de la sélection? Vahid Halilhodzic aurait-il pu y remédier? Les Lions valent-ils mieux?

Cela demeurera le meilleur parcours des Lions à la CAN depuis 17 ans et la folle épopée de 2004 en Tunisie.

Des positions fermes, envers et contre tous

Vahid Halilhodzic, c’est aussi de nombreux conflits. Il n’hésite pas à écarter Hakim Ziyech et Noussair Mazraoui pour des écarts disciplinaires et choisit de se passer d’un Hamdallah très prolifique, alors que les siens peinent face aux cages. Il écarte aussi souvent Badr Benoun, pourtant indiscutable à Al Ahly.

Accéder à l’équipe nationale se fait au mérite et, clairement, personne ne semble indispensable. Exit les individualités, Coach Vahid prône le collectif et personne ne parait à même de lui tenir tête, de plus, les résultats sont en sa faveur.

Mais il ne fait jamais l’unanimité. Conscient de la pression autour des cas Ziyech et Mazraoui, il reconvoque les deux joueurs et tente même une réconciliation. Mais si Mazraoui est réceptif et retrouve la tanière, Ziyech refuse de porter le maillot national tant que Coach Vahid est en poste et va même jusqu’à prendre sa retraite internationale.

Le public presse pour un départ, à quelques mois de la Coupe du Monde. Le désamour est bien présent et le coach est finalement remercié.

Par Salwa Hosni
A
A

Tags /


à lire aussi /


4 commentaires /

  • footoir
    Le 11 Aug. 2022 à 16h34
    Sincèrement, c'est ce qu'il y avait de mieux à faire. Maintenant en route pour la finale, c'est sérieux. Le temps de jeux doit être proportionnel à la performance du joueur, pas de caprice, le choix de l'efficacité est primordiale.
  • Pragmacom
    Le 11 Aug. 2022 à 15h22
    Cette décision est une grave erreur sur le fond et sur la forme. Le paragraphe de l'article que je reprends ci-dessous est éloquent : "Accéder à l’équipe nationale se fait au mérite et, clairement, personne ne semble indispensable. Exit les individualités, Coach Vahid prône le collectif et personne ne parait à même de lui tenir tête, de plus, les résultats sont en sa faveur". Que voulez-vous de plus ? Personnellement, je ne veux être un oiseau de mauvaise augure, mais suis très inquiet pour les prestations futures de l'équipe nationale, avec des pseudo-starlettes de type Ziyech and Co. J'espère pourtant pouvoir me tromper...
  • Ziad
    Le 11 Aug. 2022 à 15h04
    Bon, maintenant que Vahid est parti je me demande sur qui on va accrocher les échecs de l'équipe nationale. Ziyech n'est pas Ronaldo qui seul peut transformer et motiver l'équipe du Portugal. C'est là la différence entre la mentalité de nos joueurs pourris-gâtés et les joueurs européens.
  • MOUNIR the MOROCCAN
    Le 11 Aug. 2022 à 14h48
    wow. A 3 mois de la coupe !
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Filinfo

Retrouvez-nous