Filinfo

Foot

Ziyech égale un vieux record de Chamakh

© Copyright : DR
En marquant le second but de l’Ajax, hier contre Tottenham, en demi-finale retour de Ligue des Champions (2-3), l’international marocain a égalé un record détenu par son compatriote Marouane Chamakh. Détails.
A
A

Lot de consolation pour Hakim Ziyech. Éliminé par Tottenham en demi-finale de Ligue des Champions, après une remontada spectaculaire des Londoniens, le Lion de l’Atlas, auteur du second but des Ajacides, s’est néanmoins distingué dans cette rencontre.

Le milieu de terrain de 26 ans est devenu le deuxième joueur marocain a marqué 3 buts en phase à élimination directe lors d’une saison en Ligue des Champions.

À lire aussi: Hakim Ziyech, le héros malheureux

Il égale l’ancien international marocain, Marouane Chamakh, qui a inscrit ce même nombre de buts dans les matches à élimination directe avec les Girondins de Bordeaux en 2009-2010.

 

 

Pour rappel, Ziyech a marqué ses deux premiers buts contre le Real Madrid en huitièmes de finale. 
 

 

 

 

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

Maroc-Namibie: Ziyech a tout essayé

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

Hakim Ziyech peut briller en Egypte

Foot As Rome
Foot As Rome

Les regrets de Francesco Totti sur Hakim Ziyech


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

La FIFA, c'est la Banque mondiale du foot

Trop chère CAN 2019

Visas gratis pôur les Jeux africains

Rabiot et De Ligt bientôt turinois

Renard joue l'effet de surprise

Maroc-Namibie, un match à ne pas rater

Hakim Ziyech joue sa première CAN

Les favoris et les outsiders de la CAN 2019

Jackpot pour le WAC et le Raja

L'afrique sourit à Hervé Renard