Filinfo

Foot

Ligue des champions: Zidane et Guardiola, les experts reviennent en piste

Zinédine Zidane et Pep Guardiola. © Copyright : DR
C'est l'heure des spécialistes. Multiples vainqueurs de la Ligue des champions, Zinédine Zidane et Pep Guardiola retrouvent mercredi la compétition européenne reine avec des huitièmes de finale aller plutôt abordables pour le Real Madrid et Manchester City, qui rêvent d'un printemps royal.
A
A

Après l'entrée en lice facile du tenant du titre, le Bayern Munich, sur le terrain de la Lazio Rome (4-1), place à d'autres cadors européens mercredi lors des deux dernières confrontations de ces huitièmes aller.

Pour les Madrilènes et Zidane, leur entraîneur français déjà triple vainqueur de la C1 aux commandes du Real entre 2016 et 2018, le déplacement mercredi sur le terrain de l'Atalanta Bergame (21h00) doit être celui de la mise au point, même sans Karim Benzema forfait (cheville).

La "Maison Blanche" vit en effet une saison compliquée, avec pas mal de blessures et quelques contre-performances en Championnat d'Espagne (le Real est 2e du classement derrière l'Atlético). Surtout, elle a vécu une phase de groupes de Ligue des champions assez inégale, avec deux défaites et un match nul, inhabituel pour cette équipe experte de la compétition européenne et 13 fois titrée, un record.

De quoi remettre en cause, régulièrement, le poste de "Zizou" au Real, ces dernières semaines. "Les joueurs savent que, dans une carrière, dans une saison, il y a des moments difficiles, mais ils savent aussi qu'ici, comme équipe, on peut faire de grandes choses", a lancé en décembre le technicien marseillais (48 ans).

"A l'assaut du Real" 

Gare néanmoins à l'Atalanta, dont la puissance de feu offensive est redoutée par la presse espagnole: "Le Real est convié sur un champ de tir alors qu'il manque de munitions", écrit le quotidien sportif madrilène As.

De l'autre côté du terrain, l'Atalanta, équipe quart-de-finaliste surprise de l'édition précédente, joue la modestie: "Le Real Madrid se transforme en Ligue des champions par rapport au championnat", a lancé mardi le technicien bergamasque Gian Piero Gasperini.

Mais, comme la "Dea" l'a prouvé la saison dernière, tout est possible: "A l'assaut du Real", titre mercredi la Gazzetta dello Sport. "Tente le coup, Atalanta! Le Madrid galactique compte neuf blessés."

Pour l'entraîneur catalan Pep Guardiola, la première étape de cette phase éliminatoire passe par Budapest en Hongrie (21h00), non contre un club local mais face aux Allemands de Mönchengladbach, emmenés par les Français Marcus Thuram et Alassane Pléa.

La rencontre a été délocalisée en raison des restrictions de déplacement en vigueur en Allemagne face à la pandémie de Covid-19, mais l'ambition de "Pep" est sans frontières.

Montrer les crocs 

L'Espagnol rêve d'emmener Manchester City sur le toit de l'Europe, une joie qu'il n'a plus connue depuis ses deux trophées avec Barcelone en 2009 et 2011. Avec le club anglais, il a échoué en quatre tentatives et la dernière, terminée contre Lyon cet été en quarts de finale, a eu des allures de désillusion.

Cette fois, l'ancien entraîneur du Bayern Munich peut capitaliser sur ses 18 victoires de suite toutes compétitions confondues, série en cours, et sur les performances récentes de plusieurs joueurs majeurs, comme l'Allemand Ilkay Gündogan, en pleine forme avant de défier ses compatriotes.

Après le succès marquant du Paris SG à Barcelone (4-1), la semaine dernière lors des premiers huitièmes de finale aller, et celui de Chelsea contre l'Atlético, grâce à un retourné d'Olivier Giroud (1-0), mardi lors d'un autre choc, le Real et City ont l'occasion, à leur tour, de montrer les crocs.

Zidane et Guardiola pourraient ensuite voir plus loin, avec pourquoi pas, en ligne de mire, un nouveau duel les opposant dans cette compétition qui les fait saliver comme aucune autre.

Le dernier en date, également le seul de leurs carrières, remonte à l'an dernier en huitièmes de finale. Et c'est Guardiola qui avait marqué le coup, en remportant le match aller comme le match retour, 2-1 à chaque fois.

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous