Filinfo

Foot

In memoriam: il y a quatre ans, Abdelmajid Dolmy, le «Maâllem», nous quittait

Feu Abdelmajid Dolmy en lutte avec un joueur allemand lors du Mondial 86. © Copyright : DR
Il s’apprêtait à aller accomplir le pèlerinage à la Mecque quand soudainement son cœur a cessé de battre. Sa mort avait suscité un grand choc auprès de tous les férus du foot au Maroc, tellement il était aimé et admiré de tous.
A
A

Il y a quatre ans, jour pour jour, le 27 juillet 2007, Abdelmajid Dolmy nous quittait. L’ancien grand footballeur du Raja de Casablanca et de l’équipe nationale s’était éteint à son domicile familiale à l’âge de 64 ans.

Né en 1953, à Derb Fokara dans le quartier populaire et mythique de Derb Sultan, feu Dolmy a fait l'essentiel de sa carrière au sein du Raja de Casablanca, son club de cœur qu’il avait rejoint à l’âge de 16 ans.

Il a fait une pige à l’Olympique casablancais de 1987 à 1990 avant de revenir à son club mère pour terminer une carrière des plus remarquables.

Lire aussi: Dolmy a désormais une avenue à son nom dans sa ville natale

Le regretté était surnommé «Maâllem» (Maestro), «l'oustade» (le professeur) pour ses qualités techniques intrinsèques. Il était surtout admiré de tous. Ses coéquipiers, comme ses adversaires, lui témoignaient respect et admiration.

Sous les couleurs de l’équipe nationale, il a disputé pas moins de 140 matchs entre 1975 et 1998. Une longévité qui fait de lui l’un des joueurs marocains les plus capés en sélection, mais aussi au Raja avec lequel il a disputé 688 matchs.

Feu Abdelmajid Dolmy fut surpris par la mort alors qu’il s’apprêtait à accomplir le pèlerinage à la Macque. De son vivant, il n’a pas eu un hommage digne de son apport pour le Raja et le football national, malgré moult promesses. Mais son souvenir reste vivant dans nos cœurs.

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous