Filinfo

Foot

Vidéo. L’essentiel de la conférence de Vahid Halilhodzic avant le rassemblement de juin

Vahid Halilhodzic, sélectionneur national, était face aux représentants des médias, ce mercredi 25 mai, au Complexe Mohammed VI de Maâmoura. Il parle du retour de Noussair Mazraoui, de la rupture avec Mustapha Hadji mais aussi du collectif des Lions.

Le sélectionneur national Vahid Halilhodzic était en conférence de presse, ce mercredi 25 mai, au Complexe Mohammed VI de Maâmoura. L’occasion pour lui de revenir sur plusieurs sujets.

Il a évoqué sa séparation avec Mustapha Hadji, ancien sélectionneur adjoint. «Il m’a beaucoup déçu, je lui accordais une confiance totale, mais il jouait un double le jeu», lance le technicien franco-bosniaque, visiblement affecté. Il affirme même qu’il l’a qualifié de «vieux».

Il se dit ravi de voir Noussair Mazraoui, latéral droit des Lions de l’Atlas, rejoindre le Bayern Munich pour les quatre prochaines années. «Il rejoint une institution. Le directeur sportif (Hasan Salihamidžić) est un voisin, le monde est petit. Mazraoui est très content de la signature», explique Vahid Halilhodzic qui dévoile que le joueur l’a consulté.

En parlant du cas Hamdallah, il évoque les joueurs qui demandent des garanties quant à leur présence dans le onze de départ. «Certains joueurs n’acceptent pas d’être remplaçants. Même Bounou et Hakimi, je ne peux pas leur garantir d’être titulaires», déclare le technicien, intransigeant.

Ensuite, il rappelle qu’il vient de qualifier une quatrième sélection en Coupe du Monde, et que ces moments sont toujours précieux: «la Coupe du Monde ce n’est pas pour tout le monde. Algériens, Égyptiens et Ivoiriens auraient bien voulu y aller».

Grand partisan de l’esprit de groupe, Vahid Halilhodzic rappelle qu’un collectif s’est créé chez les Lions de l’Atlas, une réalisation dont il est fier: «ce qui se passe entre le groupe est phénoménal. En 40 jours de CAN (Cameroun 2021, ndlr), il n’y a pas eu le moindre problème».

Enfin, il parle des insultes qu’il aurait proférées à l'encontre des supporters marocains, une calomnie qui le touche particulièrement: «ce qui m’a fait le plus mal, à moi et ma famille, c’est le mensonge et les accusations qui affirment que j’ai insulté le peuple marocain». Il déclare également sa flamme au Maroc, un pays qu’il affectionne: «ma famille et moi adorons le Maroc. Nous venons souvent en vacances. Vous avez un beau pays que j’aimerais visiter plus».

Par Oumeima Er-Rafai et Adil Gadrouz
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous