PME: Mezouar veut s’inspirer du modèle des clusters italiens | www.le360.ma

ع
Image:Mezouar
© Copyright : DR

PME: Mezouar veut s’inspirer du modèle des clusters italiens

Par Ayoub Khattabi le 05/10/2018 à 15h41

Un protocole d’accord sera bientôt signé entre la CGEM et la Confidustria, l’organisation patronale italienne.

aA

L’annonce a été faite à l’issue de la visite effectuée par le président de la CGEM, Salaheddine Mezouar, ce jeudi 4 octobre à Rome. L’accord convenu avec son homologue italien, Vincenzo Boccia, vise à multiplier les échanges économiques entre les entreprises marocaines et italiennes.

 

Mezouar tient son premier conseil d'administration pour décliner son programme en faveur des PME 

 

«Ce protocole, qui vise à encourager les co-investissements sur le continent africain, comprendra aussi des actions communes dans l’espace méditerranéen. Il sera accompagné d’une plateforme digitale afin d’intensifier les échanges d’informations et d’expériences entre les entrepreneurs des deux pays», souligne un communiqué de la CGEM.


La CGEM et la Confidustria se sont ainsi engagées à accompagner les PME des deux pays dans la création de partenariats «gagnant-gagnant», notamment à travers l’activation d’instruments tels que les programmes Elites des Bourses italienne et marocaine. Le Maroc, ajoute la même source, a été désigné comme principal partenaire d’un grand évènement international qui sera organisé par la Confidustria début 2019.

 

CGEM. Nominations de Mezouar: les copains d’abord? 

 

Cas unique dans l’Union européenne, l’économie italienne est connue pour sa forte concentration de PME. Pas moins de 98 % de ses entreprises industrielles comprennent moins de 100 employés. La taille moyenne d’une entreprise industrielle italienne est de 7 employés. Le modèle industriel italien est reconnu dans le monde entier comme un exemple de développement endogène, basé sur des PME compétitives et fortement ancrées dans leurs communautés. Les PME italiennes ne sont pas perçues comme des entités individuelles mais comme appartenant à des groupes d’entreprises, dits clusters, qui leur permettent de réaliser ce qu’elles ne parviendraient jamais à faire individuellement.