Vidéo. Plainte de l'Intérieur contre Ziane: la réaction d'Isaac Charia, candidat à la présidence du PML | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cover: اخر مستجدات الحزب المغربي الحر بقراءة  اسحاق شارية
© Copyright : DR

Vidéo. Plainte de l'Intérieur contre Ziane: la réaction d'Isaac Charia, candidat à la présidence du PML

Par Mohamed Chakir Alaoui et Yassine Benmini le 12/01/2021 à 16h32

Le mouvement réformateur issu du Parti marocain libéral (PML) s'est félicité que des candidatures libres et multiples aient décidé de concourir pour l'élection d'un nouveau président en remplacement de son leader, Mohamed Ziane.

aA

Le mouvement réformateur du PML qualifie la plainte du ministère de l'Intérieur contre Ziane "d'acte constitutionnel noble".

 

"Le congrès du parti, prévu le 30 janvier 2021, favorisera le choix démocratique en mettant en avant des candidatures libres pour l'élection d'un nouveau chef. L'ère de Ziane est terminée", a affirmé Isaac Charia, l'un des fondateurs du PLM dans une déclaration pour Le360.

 

Isaac Charia, par ailleurs avocat au barreau de Rabat, s'apprête, lui-même, à déposer sa candidature pour briguer la présidence de ce parti géré jusqu'ici d'une main de fer par le trublion avocat Mohamed Ziane.


"Nous avons opté pour la voie démocratique à 100%", a poursuivi Me Isaac Charia en commentant les préparatifs du prochain congrès du PLM, prévu les 30 et 31 janvier.

 

Le ministère de l’Intérieur porte plainte contre Mohammed Ziane 

 

Ces propos coïncident avec la décision du ministère de l'Intérieur de porter plainte contre Mohamed Ziane, le président sortant, "pour déclaration infondée et dangereuse à l'encontre d'une institution nationale", en l'occurence la Direction générale de la sûreté du territoire (DGST).

 

"La plainte du ministère de l'Intérieur -déposée mardi devant le parquet du tribunal de première instance de Rabat- est d'une portée civilisationnelle", a estimé Charia.

 

"Cette institution gouvernementale a décidé de recourir directement à la justice sachant que, par le passé, cette voie n'était pas privilégiée", a-t-il estimé. Et d'ajouter que le recours à la justice constitue "un acte constitutionnel noble".