Filinfo

Foot

Premier League: Liverpool accroché à West Ham (2-2) dit quasiment adieu au titre

Duel West Ham-Liverpool. © Copyright : DR
Liverpool a encore perdu des points samedi à West Ham (2-2) et probablement fait une croix sur le titre en championnat d'Angleterre, avec trois matches restants à disputer pour les "Reds".

Avec deux matches nuls et deux défaites sur les cinq dernières rencontres de championnat, les "Reds" comptent 75 points, derrière Arsenal (1er, 77 pts) et Manchester City (2e, 76 pts) qui ont respectivement un et deux matches en plus à disputer.

Le calendrier n'incite pas à l'optimisme, en outre, pour les supporters des "Reds" avec des ultimes rencontres contre Tottenham, Aston Villa et Wolverhampton.

En première période, Liverpool a été malheureux avec un pénalty annulé par la VAR à cause d'un léger hors jeu de Luis Diaz, puis une frappe décroisée de l'ailier colombien repoussée par le poteau droit d'Alphonse Areola (40e).

Et comme souvent en ce moment, ces déboires offensifs ont été sanctionnés par l'ouverture du score adverse, de nouveau sur un coup de pied arrêté, un des talons d'Achille défensifs des "Reds" cette saison.

West Ham a rapidement tiré un corner, Mohammed Kudus a centré et Jarrod Bowen a inscrit d'une jolie tête décroisée (43e, 1-0) son 16e but de la saison en Premier League, le 20e toutes compétitions confondues.

La force de Liverpool tient cependant dans sa capacité de réaction, et celle-ci lui a permis d'égaliser juste après la mi-temps sur une frappe sans élan d'Andy Robertson placée hors de portée d'Areola (48e, 1-1).

Les "Hammers" pêchent souvent en début de seconde période et les visiteurs en ont profité une deuxième fois, un gros quart d'heure plus tard, avec de la chance.

Au second poteau sur un corner, Cody Gakpo a tiré en direction du but malgré une marée de joueurs, le ballon a été déviée par deux défenseurs puis Areola (65e, 1-2).

Le portier français, de retour de blessure et titulaire pour la première fois en un mois, n'a rien à se reprocher sur ce coup-là. Sous les yeux de Franck Raviot, l'entraîneur des gardiens de l'équipe de France, il a multiplié ensuite les interventions décisives.

Et ses attaquants ont pris le relais pour égaliser: Bowen a déposé un centre parfait pour la tête de Michail Antonio, laissé trop seul dans la surface (77e, 2-2).

Par Le360 (avec AFP)

Tags /


à lire aussi /

Marocains du monde Crystal Palace
Marocains du monde Crystal Palace

Crystal Palace: les premiers mots de Chadi Riad

Marocains du monde Mercato

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Filinfo

Retrouvez-nous