Filinfo

Foot

Maroc-Côte d’Ivoire, un match particulier pour Renard

© Copyright : DR
Hervé Renard a accordé une interview au quotidien français Le Monde. Le sélectionneur national a évoqué la rencontre face à la Côte d’Ivoire, le statut de favori des Lions, Hakim Ziyech, Hamdallah, les Lions du Golfe, mais également son avenir.
A
A

Après leur précieuse victoire enregistrée dimanche dernier contre la Namibie, les Lions de l’Atlas s’apprêtent à retrouver l’autre favori de ce groupe D, la Côte d’Ivoire, dans le cadre de la 2e journée de la phase de poules de la Coupe d’Afrique des Nations 2019.

Une rencontre particulière pour le sélectionneur national Hervé Renard, qui a gagné la CAN en 2015 avec les Éléphants: “La Côte d’Ivoire ne fait pas le déplacement pour faire de la figuration. Les Eléphants ont du caractère et un excellent attaquant, Nicolas Pépé, sans doute un des meilleurs d’Europe. Retrouver la Côte d’Ivoire, pour moi, c’est évidement particulier. J’ai vécu des choses fantastiques dans ce pays magnifique. J’aurai un pincement au cœur, mais je suis là pour défendre les couleurs du Maroc”, explique le double champion d’Afrique lors dans un entretien accordé au quotidien français Le Monde.

Hervé Renard a également fait les éloges du milieu de terrain de l’Ajax Amsterdam, Hakim Ziyech, qu’il place, avec “Mané, Salah, Pépé parmi les meilleurs joueurs africains actuels, capables de faire basculer un match sur un geste, une action”.

À lire aussi: Renard: "il fallait secouer un peu le cocotier"

Interrogé sur les Lions de l’Atlas qui ont fait le choix de rejoindre le Qatar ou l’Arabie saoudite, l’homme de 50 ans a été on ne peut plus clair: “s’ils sont là, c’est qu’ils sont compétitifs, qu’ils peuvent beaucoup apporter à l’équipe. Je ne suis pas du genre à sélectionner un joueur pour lui faire plaisir”.

Renard est également revenu sur l’épisode Hamdallah, qui a quitté la sélection à une semaine du début de la CAN. “J’ai entendu et lu qu’il y avait des problèmes avec des joueurs… Non, c’est uniquement avec un joueur. Moi, la seule chose qui m’intéresse, ce sont ceux qui sont là. Et si certains veulent nuire à la sélection nationale, c’est leur problème, pas le mien”.

Hervé Renard s’est également prononcé sur son objectif avec la sélection marocaine lors de ce tournoi panafricain. “J’ai un groupe avec qui je bosse depuis quarante mois, un groupe que j’aime vraiment. On a fait des choses, on continue de grandir ensemble, notamment depuis la Coupe du monde 2018. Maintenant, ne me faites pas dire que je vais en gagner une troisième (CAN). On va essayer de faire mieux qu’en 2017 au Gabon (quarts de finale), atteindre le dernier carré, et ensuite on verra”, a-t-il rajouté.

À lire aussi: Vidéo. Beaumelle: "il y a toujours cette rage de gagner"

Sur la possibilité de le voir quitter le Maroc après la CAN, le natif d’Aix-les-Bains, a laissé planer le doute: “je communiquerai sur mon cas après la CAN. Pour l’instant, cela n’intéresse personne”.

Si Renard est resté évasif sur son futur avec les Lions, il a néanmoins tranché sur celui de son adjoint Patrice Beaumelle. “Il est temps pour lui de voler de ses propres ailes. Il a déjà entraîné quelques mois la Zambie, en 2013-2014, et il a toutes les qualités pour être un numéro 1”, a-t-il conclu.

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Lions de l'Atlas
Foot Lions de l'Atlas

Une démission qui passe comme une lettre à la Poste

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

Le "cas" des Lions de l'Atlas intrigue partout

Foot Lions de l'Atlas
Foot Lions de l'Atlas

Les coulisses de la démission de Renard


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Khawa Khawa

Les femmes aux fourneaux, les cons à la radio

Et merde!

Par ici la baballe: on ne s’en foot plus!

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

Les Jeux africains évincent la Botola

Le jour j pour la fédération d’athlétisme

Renard fait ses adieux au Maroc

Le faux pas des Lions de l'Atlas expliqué

Quand la Botola a mal à ses "samsaras"

Vrai homonyme, fausse recrue

Le duo Ahmad-Lekjaa reprend le dessus

La CAN rapporte gros à la CAF

Un duel algéro-sénégalais indécis

Renard laisse des questions sans réponse