Filinfo

Botola

Notre Botola est inouïe, vraiment? 

© Copyright : DR
Entre les défaites à répétition, la bagarre de Ouaddou avec le chauffeur du bus du club, son admission à l’hosto et les négociations avec Pedro Benali pour remplacer l'ancien Lion de l'Atlas, les Oujdis ont, une fois n’est pas coutume, fait les Unes des journaux.
A
A

Ce qui est sympa avec le football, c’est que c’est imprévisible, ou presque. Qui aurait parié 5 DH sur l’éventualité de retrouver à la trêve hivernale de la Botola (un arrêt après 5 journées seulement, du jamais vu!) le Raja, le Wydad et la Renaissance de Berkane dans le trio de tête? Euh... Pas mal de monde en fait. Mêmes Mohamed Nejmi et Salem Mahmoudi, analystes sportifs préférés des Marocains, y auraient pensé! 

Surtout l’armada des Rouges, qui n’a pourtant rien d’effrayant. Avant le début de cet exercice 2020-2021, tout le monde répétait que Benzarti et oulidatou allaient tout casser, tabasser les 15 autres équipes, marquer 200 buts et reprendre leur bien, chipé par le Raja la saison écoulée. Ben non. Après des victoires poussives lors des deux premières journées contre Berrechid et El Jadida, ils se sont cassés les dents sur des sardines safiotes fourrées au béton armé. Et depuis, ils font des allers-retours chez le dentiste pour tenter de retrouver des canines plus solides. Mais ils sont quand même arrivés à remporter les rencontres suivantes face au HUSA et au MAS. 

Passons à la RSB. Les Marocains doivent beaucoup aimer le maillot des Berkanis, parce que ça leur rappelle les bâtons glacés de leur enfance, les fameux “Polo”. Mais ils ne sont pas nombreux à aimer leur façon de jouer. Chaque fois qu’ils gagnent, on a l’impression qu’ils se sont contentés de ne pas perdre, même face à des adversaires à leur portée. Et que dire du jeu agressif de Larbi Naji et Baker El Hilali? Les deux hommes peuvent facilement postuler pour un combat au prochain événement Glory. 

Et puis il y a le Raja. “Le football est un sport qui se joue à 11 contre 11, et c'est toujours l'Allemagne qui gagne à la fin”, disait Gary Lineker, le footeux le plus chochotte de l’histoire (zéro carton jaune durant toute sa carrière!). Il n’a pas dû regarder les Verts jouer. Surtout que cette année, ils sont très bons, en championnat seulement. Car contrairement à Naciri, qui a sorti le chéquier durant le mercato estival, la direction du voisin, faute de moyens ou réelle vision, a tout misé sur les enfants du club. À commencer par l’entraîneur, Jamal Sellami. Le gars est tellement irréprochable que ça devient suspect. On ne peut pas croire qu’un homme normalement constitué ne traîne pas le moindre scandale, ne se soit jamais engueulé avec quiconque ou n’ait jamais écrasé un chat. Est-il humain ou c’est un être bionique, mi-homme mi-machine, fabriqué par une organisation secrète pour mettre main basse sur le football marocain (pour l’Afrique, il faudra attendre)? 

Mais ce qui était imprévisible ce sont les péripéties tragi-comiques du Mouloudia d’Oujda. Non, mais quel cirque! Entre les défaites à répétition, la bagarre de Ouaddou avec le chauffeur du bus du club, son admission à l’hosto et les négociations avec Pedro Benali pour remplacer l'ancien Lion de l'Atlas, les Oujdis ont, une fois n’est pas coutume, fait les Unes des journaux. Cela prouve une chose: dès qu’il s’agit de baston, les Marocains de l’Oriental sont les meilleurs!

Enfin, les saisons se suivent et se ressemblent pour l’AS FAR qui vient une nouvelle fois de limoger son entraîneur. Le club de la capitale a viré Abderrahim Talib, qui devient ainsi le 20e coach limogé sur les 15 dernières saisons. Les dirigeants sont libres de faire les choix qu’ils jugent adéquats, mais remercier un coach après 5 journées seulement est une décision inique (mot récupéré dans un communiqué de la MAP ou d’Annahj Addimocrati, je ne sais plus).

En gros, notre championnat, à quelques exceptions près, n’a rien d’inouï. Son histoire ne se répète pas, elle bégaie. ​

Par Adil Azeroual
A
A

Tags /


à lire aussi /

Botola Valse des entraîneurs
Botola Valse des entraîneurs

Botola: un troisième entraîneur remercié


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous