Filinfo

Foot

Euro: le Portugal de Ronaldo joue son avenir face à la France, déjà qualifiée

© Copyright : DR
Et si le Portugal de Ronaldo, tenant du titre, disparaissait de l'Euro dès mercredi? La sélection lusitanienne joue son avenir face à des Bleus déjà qualifiés, mais au ralenti le week-end dernier face à la Hongrie. A 20h00, l'affiche proposée à Budapest sera aussi un clin d'oeil à la dernière finale de l'Euro, il y a 5 ans, remportée à Paris par le Portugal (1-0).
A
A

Mercredi, les Portugais seront qualifiés à coup sûr en cas de victoire contre les Bleus. Et seules des circonstances défavorables en plus d'une lourde défaite pourraient obliger Ronaldo et ses partenaires à rentrer prématurément au pays.

Il n'empêche, la formation de Fernando Santos doit se rassurer, après la claque reçue samedi face à l'Allemagne (4-2).

"Nous savons que ce sera très difficile, a assuré son défenseur Pepe en conférence de presse mardi. Sur neuf points, on peut en prendre six, dans un groupe extrêmement difficile."

Ronaldo muet contre la France 

Et le Portugal a les armes pour, avec Ruben Dias, Bernardo Silva, Bruno Fernandes, Diego Jota et surtout l'inoxydable Cristiano Ronaldo qui, à 36 ans, chasse le record d'Ali Daei comme meilleur buteur de l'histoire en sélection (107 buts contre 109 à l'Iranien).

L'une des clés du match sera la "question mentale", a pronostiqué le sélectionneur portugais Fernando Santos. "Face à la France, il faudra être forts dans tous les aspects du jeu, l'égaler et courir plus, lutter davantage."

Pour la défense française, il s'agit de prolonger une anomalie: Ronaldo a marqué contre une quarantaine de sélections différentes, mais jamais contre la France en six rencontres.

Bloquer le quintuple Ballon d'Or, ce sera "l'affaire de tous" car l'attaquant de la Juventus Turin "bouge énormément sur la ligne d'attaque", a mis en garde Lucas Digne. "Il faut toujours garder un oeil sur lui, bien communiquer et faire attention à ne pas laisser trop d'espace".

Pour les champions du monde, il s'agira d'assurer la première place du groupe, et une suite de compétition sans doute plus abordable.

Sur les bords du Danube, la vie des Bleus n'a pas été un long fleuve tranquille depuis la déception samedi contre la Hongrie (1-1). Sur la table de Didier Deschamps, les dossiers se sont accumulés entre le forfait définitif d'Ousmane Dembélé, l'inefficacité de Karim Benzema ou la gestion de Benjamin Pavard.

Pourtant, le sélectionneur français s'est couché l'esprit plus léger lundi soir: l'issue des groupes B et C a propulsé son équipe en huitièmes de finale avant même ce dernier match du premier tour.

Benzema muet depuis son retour 

Les quatre points accumulés jusqu'à présent lui permettent de terminer au pire parmi les meilleurs troisièmes de groupe, mais le statut et les ambitions des champions du monde convoquent d'autres objectifs: rester en tête du terrible groupe F en gagnant, et avec la manière s'il vous plaît.

"On a l'assurance d'être qualifié, cela donne une certaine tranquillité. Mais par expérience, je ne rentre pas dans un calcul, il faut respecter le jeu", a déclaré mardi Deschamps, déterminé à "aller chercher le meilleur résultat possible".

Face à leur bourreau de l'Euro-2016, les Bleus devront se montrer aussi solides et déterminés que contre les Allemands (1-0) en entame du tournoi, et en tout cas beaucoup plus que face aux Hongrois.

Sonné après un choc violent contre l'Allemagne, le défenseur du Bayern Munich Benjamin Pavard a été au coeur des débats les jours suivants. Le risque d'une commotion cérébrale a été écarté par le corps médical, mais il a été de nouveau "victime d'une très mauvaise chute", selon les propres mots de Deschamps, en tout début du match contre la Hongrie.

"C'est vrai qu'avec le recul, (...) j'aurais pu le sortir", mais le joueur "n'a pas communiqué sur son état", a regretté le sélectionneur.

Deschamps devrait faire tourner en partie son équipe, notamment au milieu de terrain où Corentin Tolisso a une chance d'apparaître. Devant, en revanche, Antoine Griezmann, Kylian Mbappé et Karim Benzema sont attendus, malgré leur manque d'efficacité.

Le dernier n'a toujours pas fait trembler les filets depuis son retour surprise en mai chez les Bleus après plus de cinq ans d'absence. "Il a envie de marquer comme Kylian ou moi, tu en as besoin pour te lâcher, te libérer", a reconnu Griezmann. Mais "dès qu'il va en mettre un, le robinet sera ouvert et ça va couler".

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Cristiano Ronaldo

Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous