Filinfo

Foot

Retour du public: les désaccords entre clubs et autorités publiques persistent

Public wydadi lors d'un derby casablancais. © Copyright : Saad Aouidy
Kiosque360. Alors que tout le monde attend le retour du public dans les gradins, les clubs de la Botola n’ont toujours pas reçu l’aval des autorités. Ces dernières reprochent aux clubs de ne pas avoir respecté le protocole sanitaire qu’ils doivent mettre en place préalablement au retour des supporters.
A
A

Le protocole sanitaire mis en place par les autorités et le Comité scientifique chargé du suivi de la pandémie du Covid-19 a, semble-t-il, entravé le retour tant attendu du public dans les stades marocains. Malgré l’amélioration de la situation sanitaire, les supporters marocains attendent toujours de pouvoir se déplacer dans les stades pour soutenir leurs clubs préférés. Mais les clubs n’ont jusqu’ici rien fait pour les accueillir dans les conditions réclamées par les autorités, rapporte le quotidien Assabah du mardi 19 octobre.

Les clubs n’auraient tout simplement pas les moyens d’appliquer le protocole sanitaire, affirme une source autorisée à nos confrères arabophones. Une commission constituée de membres du Comité scientifique et des autorités avait auparavant effectué plusieurs visites dans les stades pour évaluer la situation. Rappelons que le protocole en question stipule que terrains doivent être dotés de petites «cliniques» à l’intérieur des stades. Les supporters devront également subir des mesures de températures à l’entrée du stade, mais aussi porter les masques et respecter la distanciation sociale.

Les terrains devront également être dotés de solutions hydroalcooliques dans les différents endroits du stade. Autant de mesures que les clubs marocains ne peuvent manifestement pas mettre en place, faute de moyens, indique le journal Assabah. Même la Fédération royale marocaine de football (FRMF) avait réclamé aux autorités le retour du public pour le match qui a opposé le 6 octobre dernier le Maroc à la Guinée Bissau. Une réclamation restée sans réponse de la part des autorités.

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous