Filinfo

Foot

Le rachat de Newcastle par les Saoudiens se complique

Mohammed ben Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, prince héritier d’Arabie saoudite. © Copyright : DR
Le rachat de Newcastle par les Saoudiens traîne, et le dossier n'est peut-être pas près de se conclure. L'affaire BeoutQ pourrait menacer l'accord déjà trouvé entre les parties concernées.
A
A

Le Qatar, via son groupe BeIN Sports, pourrait compliquer les affaires de l'Arabie Saoudite. Alors qu'il était prévu que le fonds d'investissement d'état saoudien prenne 80% de Newcastle, le rachat est aujourd'hui menacé. 

En effet, selon le Guardian, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) s'apprête à rendre un rapport de 130 pages qui sera publié à la mi-juin, prouvant que c'est bien l'Arabie Saoudite (en tant qu'État) qui est derrière le service pirate BeoutQ, qui diffuse illégalement des compétitions sportives à l'international, dont la Premier League. 

Cette violation du droit international pourrait donc menacer le rachat de Newcastle. Après avoir donné son accord dans un premier temps, la Premier League pourrait faire en sorte que le rachat des Magpies ne soit pas autorisé.

À lire aussi: Angleterre: Newcastle, un rachat saoudien qui pose question

Le rachat potentiel de Newcastle United pourrait être bouclé à hauteur de 300 millions d'euros, avancent les médias britanniques. Mais dans une récente interview accordée à Sky Sports, le président exécutif de la Premier League, Richard Masters, a indiqué qu'il n'y avait pas d'urgence pour statuer sur le sujet.

“Je pense que nous n'avons pas d'opinion précise sur le moment où ces choses doivent être faites. Ce que nous devons garantir, c'est que tous les processus sont correctement suivis et que, lorsque la décision est prise, c'est la bonne”, a-t-il expliqué.

Par Rajaa Laâssouli
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous