Filinfo

Botola

Libre opinion. Il faut stopper le foot au Maroc 

© Copyright : DR
Plusieurs cas de contamination au Covid-19 ont été déclarés parmi les footballeurs de Botola. Le Barça et le Real, entre autres, ont été frappés par la virus. Pour autant, ils ne sont pas des clusters. Cri du cœur:  arrêtons les dégâts. 
A
A

Il faut rendre à César ce qui est à César. La Ligue nationale de football professionnel (LNFP) est une entité désuète, sans aucun apport pour le sport le plus populaire au Maroc et dans le monde.

Présidée par Saïd Naciri, président du Wydad de Casablanca, elle a prouvé son incompétence à gérer le football national. Pour s’en rendre compte, il n’y a qu’à voir la manière dont elle a géré le fameux match DHJ-Raja, dont il a fallu 8 mois pour statuer sur son sort. 

Aujourd’hui, la LNFP n’a plus de raison d’exister. Et ses responsables doivent avoir le sens de l’humilité en reconnaissant leurs limites, leur incapacité à gérer le football national, surtout en ces temps difficiles de crise sanitaire. 

D’autant plus qu’au moment où les hautes autorités du pays insistent sur le respect des consignes sanitaires, l’on tire à hue et à dia. Le matin, on annonce l’heure d’un match ; le soir même, sinon quelques heures après, on assène son annulation. Et pour la petite histoire, la LNFP n’a même pas de site internet. Elle communique ses décisions via le site de la Fédération royale marocaine de football (FRMF). C’est dire. 

Les clubs marocains sont frappés de plein fouet par le Covid-19. Ceux des divisions inférieures dépendent des Ligues, et n’ont donc rien à voir avec l’incompétente LNFP. La FRMF leur a alloué des sommes conséquentes pour surmonter cette dure épreuve. 

Ella a mis à disposition tous les moyens nécessaires pour éviter la propagation du virus dans le football national. Les clubs ont obtempéré, et les tests sont régulièrement effectués. C’est un point à mettre à l'actif de la Fédé. Mais, malgré tous ces efforts, le virus s’entête à mettre à mal nos clubs. Peu, trop peu sont épargnés par la pandémie. Personnellement, je pense qu’on n’aurait pas dû reprendre le foot. 

Je pense qu’on s’était trop hasardé. Des arguments plaidaient pour cela: on a vu les vidéos de footballeurs «s’entraînant» en plein confinement… On s’était réjoui du fait qu’ils se portaient bien, ainsi que leurs familles et proches. Mais, question maintien du physique, franchement? 

Et quand le FUS de Rabat, véritable institution sportive, communique -en toute transparence-, en ce mardi 25 août, sur les 13 cas de contamination en son sein, il faut y voir comme un signal d’alarme. 

Surtout, qui peut dire quand est-ce que la saison 2019-2020 va se terminer. Je parie que nul ne peut le prédire, surtout avec les matchs en retard qui s’accumulent et l’obligation de les faire jouer -par respect de l’esprit d’équité. (Je brigue des points autant que toi, donc je ne joue pas tant que tu n’as pas joué autant de matchs que moi). 

Bref, c’est un véritable puzzle dont on ignore la répartition. Avec toute la bonne volonté de la Fédé, il ne serait pas possible de terminer la saison en septembre. Pis, si l’on n’arrête pas le foot tout de suite, on risque d’avoir DEUX saisons, au lieu d’une. 

Alors, à mon sens, il faut arrêter les championnats. De manière à les recommencer dans de meilleures conditions. Et ce, bien que rien ne soit garanti. Mais on aurait au moins limité les dégâts. 

Par Abdelkader El-Aine
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous